LE BOSS DE GANGAN SORT GAGNANT?

0
253
LE BOSS DE GANGAN SORT GAGNANT?
Les journaleux du bled issus de tous les organes de presse ont très tôt ce matin rallié l’escadron mobile n°3 de Mâ-matam en signe de solidarité au groupe Gangan, dont le Dur-recteur a été arrêté. Cette arrestation est intervenue suite à une rumeur faisant état de la mort de Körö-kondébilii .
Arrivés sur les lieux, les gendarmes ont catégoriquement refusé l’accès aux journaleux curieux munis des dictaphones et caméras.
Dans la cour de l’escadron où étaient déjà massés certains journaleux, ils se sont vus bousculés et expulsés bannis militari. Tout de go, le spectacle de frappe à la ceinture et la chasse s’engage. A Kondéblidougou, un journaliste c’est aussi un super sprinteur à la Usain Bolt, sauve qui peut. Les ventrus et les nounous qui ne savent même pas faire le marathon ont écopé des coups de fouet bien nourris et assaisonnés. Mamata Sanguiana Camara a bien reçu sa dose, elle relate sa mésaventure: « ils nous ont dit de libérer les lieux. Finalement, on descendait, cinq gendarmes sont venus, ils ont couru vers nous, finalement je me suis arrêtée, Adama Lamarana, stagiaire à Gangan s’est aussi arrêtée. Ils nous ont attrapées. Ils ont essayé d’attraper mes mèches, j’ai courbé la tête, c’est ainsi un gendarme a pris une ceinture il m’a tapé au niveau du l’œil droit, pour éviter encore qu’on me blesse le visage, j’ai baissé la tête finalement c’était mon dos. Les cinq m’ont donné des coups de poing sur mon dos et ils ont déchiré ma chemise », se lamente-t-elle, très essoufflée .
Une dizaine de journaleux ont été bastonnés, des entorses au bras et pieds, visages balafrés par les gens-drames. Tous les matériels de travail arrachés et cassés.  Le président de l’Union des Radios et Télévision Libres de Guinée (URTELGUI), sapé comme jamais, des petits coups de fouet lui ont été administrés en guise de remerciement par les gens-drames.
Motivés comme des tirailleurs, les hommes du micro et de la plume ont improvisé sur les lieux un sit-in pour exiger la libération de leur con-frère. Au même moment, les responsables de l’URTEL-GUIGNE et les officiers de la gendarmerie tenaient des négociations avec le pro-cireur du TPI de Mafanco pour qu’il mette de l’eau dans son sein et ordonner la libération de Aboubacar Camara.
Déféré au tribunal de première insistance de Mafanco, tous les journaleux se sont rabattus de ce côté. Aux dernières nouvelles, le Dur-recteur Géné-râle du groupe Gangan, Aboubacar Camara, a été finalement libéré par le procureur pour des faits non constitués. D’autres parlent de contrôle judiciaire et poursuite, voire incubation pour poro-para-gachions de fausses rumeurs.
Avec tout ce tapage, des autorités militaires et judiciaires donc, tout est fait pour intimider et fermer la gueule des journaleux caqueteurs. Moorrrr !!

 

                                           Mbella Diallo

LAISSER UN COMMENTAIRE