Ça mouline mal les employés aux grands moulins d’Afrique 

0
478

 

Ça mouline mal les employés aux grands moulins d’Afrique 

Créer ou adhérer à une structure syndicale, mal vu par certaines entreprises. Tout employé qui prend le risque de jouir de ce droit élémentaire peut dire au revoir à son job. Pourtant contraire au code de travail de Kondéblidougou  qui autorise les employés à adhérer à un mouvement syndical de son choix. Les res-con-sables de L’UGTG (l’union générale des travailleurs de guinée), dénoncent cet acte et accusent des hauts cadres de l’Etat de soutenir des entreprises qui violent les textes de lois du bled. 

Rien qu’au mois de décembre 2017, l’union gêné-râle des travailleurs de guinée, a reçu plus de 80 salariés qui ont été renvoyés, pour avoir demandé à adhérer à une structure syndicale. Ces syndicalistes dénoncent des hauts dignitaires de l’Etat de couvrir les entreprises qui commettent ces délits.

Il y a aussi le cas des 34 employés des grands moulins d’Afrique, qui ont été renvoyés depuis plusieurs mois. Ils n’ont jamais reçu de notification pour signifier leur licenciement. Trois long mois, ils sont privés de salaires. Comme chantait Alpha Blondy aujourd’hui, ces pères de familles tirent le diable par la queue.

Les syndicalistes sonnent l’alerte et invitent les salariés victimes d’injustice à resserrer les rangs.  S’ils ne sont pas rétablis dans leur droit, ils projettent d’organiser un sit-in devant le ministère de du travail.

Sadio Baldé 

LAISSER UN COMMENTAIRE