C’est un enseignant qui parle hein, je ne suis pas beaucoup affronté aux montants 

0
1102

 

 

C’est un enseignant qui parle hein, je ne suis pas beaucoup affronté aux montants 

Le Cas s’est donc ôté complètement son carré. Je me demande comment est-ce qu’un enseignant peut être incapable, après plusieurs reprises de lire ce qui est écrit en chiffres et en lettres, sous  ses yeux ? Ce qui m’a mis chaos c’est son excuse. Il dit être enseignant et ne pas être « beaucoup affronté aux montants [lettres].» Il serait ainsi intéressant de lui rappeler que lire, écrire et compter sont des choses qu’on apprend au primaire. Je comprends à présent pourquoi il a rendu l’argent qui restait des dépenses prévues par l’Etat pour les examens nationaux. C’est simple, il veut voler mais il n’a pas d’ailes (ne sait pas compter). Il ressemble à ce pigeon qui se prend pour un aigle. Et si l’Etat était sérieux, il pouvait bien utiliser le talent de ce Cas pour lutter contre la corruption. C’est simple, il faut nommer dans tous les mystères des sinistres qui ne savent pas compter, là sur eux, on peut compter, car nos miettes ne seront pas chipées. A sa place, je n’allais pas accepter d’aller au parle-ment, si je sais que mon étal n’est pas riche et varié en articles (mensonges, arrogance, faux bilan, budget grossier, démagogie, délinquance verbale…) que je dois exposer. Même mentir est un art. Il faut bien ajuster le tir. Surtout, être fluent dans ses dires. A vrai dire, je suis déçu, car même dire une contrevérité, ce Cas ne peut pas faire. Cet incident ressemble à l’appât qui pourrit sans que celui qui est piégé n’entre dans le jeu.

Certains diront que ce débat est inutile. Moi, je pense qu’on ne peut pas gérer un minust’erre comme celui de l’éducation et permettre des bêtises que même les gamins ne produisent pas. Et dire que ce Cas a géré la dure-érection communale de la complication de Mât-toto, c’est hallucinant! Ce qui se passe dans ce bled dépasse l’entendement, ce n’est pas du tout rassurant. Il est difficile d’avoir un accès clair sur des choses relevant du surnaturel. Certains postes ( ministériel)  devraient être électifs pour le bien de tous afin que les travaux des cadres soient effectifs, parce que les nominations de ce vieux sont catastrophiques. Lorsqu’il a rendu l’argent, beaucoup ont dit qu’il est honnête. Pourtant, cette technique lui a juste permis de dissimuler son niveau brouillon. Sinon, pourquoi a-t-il essayé de corrompre certains syndicats ? Il voulait à tout prix que les révoltés pour une bonne condition de vie rompent, qu’ils fassent trêve et que leur situation continue à être brève.

Kourouma a été décrié, jusqu’à ce que Körö-Kondebilii l’ait limogé. Mais ce Cas pose beaucoup plus de mal que de bien. Il a été promu, parce qu’il soutient le parti, pas parce qu’il a une quelconque compétence à présenter. Il faut donc oublier d’être un intello pour ne pas mourir au grade de matelot. Il faut dire ce qui plait à Körö-Kondebilii pour ne pas être vu comme un débile et pour que les portes de l’emploi s’offrent à nous allègrement, même si nous travaillerons maigrement. Tu n’as besoin que d’un talent pour être dans les bureaux, résidant. Il faut dire à vive voix: « vive le président », « itana bé » et ce, sans même réfléchir, sinon, tu risques de faiblir. Il faut faire le p’tit bonhomme, comme si du boulot, on t’offre, par pitié pour ne pas que tu souffres et que tu perdes le souffle. Débauche d’une franche caboche !

Ousmane Baldé

LAISSER UN COMMENTAIRE