Et cette étincelle de pessimisme nous envahit subitement !

0
222
Et cette étincelle de pessimisme nous envahit subitement !
Et bah oui, à Kondébilidougou, c’est le pays qui a tout, mais qui n’a rien enfin de compte. Il y a de quoi se froisser. Le train ronronne à nos oreilles de façon éternelle. La bauxite sort aussi de manière quotidienne. Mais dites diable, à qui profite cette terre rouge, terre pauvre et conne? A qui ? Cette énigme restera sûrement longtemps sans être répondue. Car sont quotidiennement répandues, les mêmes idioties, les mêmes dits-non-courts et le même clan plane sur la même horde, qui avec incroyable obéissance, continue à caresser sa pas-si-vité. Ha, ce pays oh, tellement qu’on a dénoncé et l’on a été défoncé de critiques acerbes par les supporters trop foncés, on a tendance à se répéter. Et la tempête de la faux-litique pète encore à cul nu. Des nuances sur une cadence qui ne fait pas trémousser et moins ambiancer. Ce pays qui fête son indépendance mais qui, depuis son obtention vit encore comme un colonisé qui admire bien sa conne-dit-conne de dominé. Que cela soit entendu, même par les sourds.
Mais, on se la pose celle-là. Si on est vraiment soucieux. Si vraiment cette condition nous interpelle. Si vraiment cette situation nous tique. Si vraiment dans ce bordel, on veut organisation. Si de cette corruption, on en veut diminution. Si vraiment de ces tares et ces tarés qui arrivent toujours en retard, quand il s’agit de parler de développement durable, se cachent pour de bon, parce qu’ils ne sont vulnérables et deviennent trop vilains (laideur morale) quand il s’agit de démontrer de façon tangible, loin de l’éloquence malhonnête, que ce pays inspire le progrès et expire le regret. En dehors de toute démagogie. En dehors de tout justificatif pour des miettes,…on va vraiment se la poser: est-ce que ce pays va avancer ? Est-ce que le progrès n’est pas une chose impossible pour ce bled où les vrais intellos périssent dans les maquis, pour que le visage soit maquillé et que le cerveau soit serré, afin de contenir la colère et la déception, dans les cafés pour animer certaines discussions, ou encore, je ne sais où. Mais bon, comme on confond encore ‘’éloquence’’ et ‘’connaissance » ou « science’’, tout est donc possible, même l’impossible. Car ce n’est que les sous qui sont les cibles. Et ce, peu importe la manière. C’est pourquoi, l’intellectuel honnête est circonstanciel souvent. Et je donne raison à Tu-erres-non Mo-nenen-beau, car « les crapauds brousses » sont encore plus cool et sexy. Des bruits, ils sont plus forts, iyeee, ils sont nombreux, ces crapules qui se mettent dans la peau de saints. Wouss, je vous emmerde !
Ces canailles qui pensent que le salut du bled ne peut passer que par eux. Ils ont même obstrué l’image de notre premier des ministres, spécialiste en mine, mais qui manque les rang-contres haute-tellement minières. Alors pourquoi ce techno-kleptocrate à la tête de la primature, si sa parole ne prime même pas sur le plus petit des sinistres? S’il y a plus de ministres boucantiers qui rendent comptent directement à Körö-kondébilii, le Zéhéros qui est devenu par l’accident de la nature n’importe qui. Sur sa page fesse-bouc, il y a tellement de partenariats ficelés, des dettes annulées, à la dernière des nouvelles, c’est Pou-tune qui nous gratifie de sa bonté. En plus, il rafle un doctorat honoris-causeur. Bravo, Mister prési-dent, vraiment, bravo, mais vos selfies ne suffisent pas pour nous soulager. Nous souffrons. Nous ne sommes pas au bout du tunnel, car on ne peut dire cela que si le tunnel existe. Chez nous, il n’existe même pas ce foutu tunnel. Sauf pour ce groupuscule qui se soulage de façon interne et entérine la souffrance du peuple de façon je-m’en-foutiste.
Soudainement, peu à peu, c’est cette lumière optimiste qui s’éteint du jour au lendemain. De façon vive. Parce que ivre notre dérive. Mais bon sang de Dieu, où vont toutes ces sommes que réclame le gou-bernement ? Si on y pense, voir que ces sommes ne sont pas réutilisées de façon rationnelle, on perd tout sens de « civisme ». On accepte même de se défaire de notre devoir de « citoyen », car les citoyens grands-grands là sont las de poser de bonnes actions et ne font qu’alimenter réactions. Le fond d’entre-tiens routier et l’état des routes sont témoins. Anga sanyi !

 

Ce qui est plus offusquant, c’est quand un raté scolaire occupe des places stratégiques et exhibe son égo surdimensionné comme pour dire, il est là-bas, parce qu’il mérite. Foutaises ! On se sait ici hein, ne serait-ce qu’écouter ou lire le raisonnement de certains, on comprend net jusqu’où ils peuvent aller quant à la gestion qu’on leur confie. L’homme qu’il ne faut pas à la place qu’il ne faut pas, le nouveau leader-chic guinéen. Je mets tel comme vis-gou-berneur à la banque, parce que, c’est un exprès en décaissement nuisible. Pour la haute cause très basse du tout puissant Körö-Kondébilii et compagnie.
                         Elhadj Ousmane DK  Baldé 

LAISSER UN COMMENTAIRE