Con-damnation de Doussou Condé : la pilule qui ne passe pas

0
Doussou Condé

Le verdict est tombé dans l’affaire qui oppose Dame Doussou Condé au sinistre con-saigneur à la prési-rance de la roue-publique. L’ancienne militante du RPG arc-en-fiel est reconnue coupable ‘’de dénonciations calomnieuses’’. Elle a été donc condamnée à paiement deux millions de francs gluants.

C’est la fin d’un procès qui oppose depuis quelques mois Dame Doussou Condé contre Dâ-ment-tant Cas-marrant. L’ancien porte-carotte du gout-vainement avait porté plainte contre Dame Doussou Condé pour des propos tenus dans l’émission Œil  de Lynx de la Radio Lynx Fm. Elle a été reconnue coupable de dénonciations calomnieuses et condamnée au paiement d’une amende de deux millions de francs gluants.

Le plaignant tout heureux du verdict s’est exprimé à la fin de l’audience « Il est toujours très facile de détruire que de construire. Ce qui prend quelque seconde pour porter atteinte à la réputation de quelqu’un, prend des mois à être réparé. Donc, ceux qui écoutent les radios, qui aiment le sensationnel, pour ouvrir leurs micros quand ils veulent envers qui ils veulent, pour lancer des accusations gratuites sans apporter la moindre preuve, doivent être sensibilisés ».

Mais la dame semble ne rien avoir de cette condamnation. Si le plaignant a toujours été présent au procès, depuis le début de cette affaire elle ne s’est jamais présentée ou fait représenter par un avocat. Elle semble l’ignorer et vivre tranquillement sa vie aux Etats-Inouïs. Elle l’avait déjà dit ; elle s’en fout de tout et attend celui qui ira la chercher dans son salon.

Mais il y en a un qui n’est pas du tout content de ce verdict ; c’est le PDG de la radio sur laquelle la Dame a tenu ses propos. Il promet même d’interjeter appel « J’ai honte aujourd’hui pour la justice guinéenne. Ils ont traité le dossier avec le Code Pénal. C’est absolument interdit à un juge de juger un délit de presse par le Code Pénal. Le Code Pénal lui-même prévoit que c’est la loi sur la liberté de la presse qui le juge. C’est absolument honteux d’entendre un juge et un avocat parler de Code Pénal au moment où la loi sur la liberté de la presse est en vigueur en Guinée. J’interjetterai appel et on va reprendre toute cette histoire ». Le vieux  Yala Le gros Dialou est copain des tribunaux, étant un des pionniers de la paresse Condébilika, on sait sans l’ombre d’un doute qu’il le fera.

LAISSER UN COMMENTAIRE