Dans culture y a cul : Don Casse-Casse s’assoit dessus

0
445
Bilia Bah

Dans son dix-court de politique gêné-râle Don Casse-Casse a omis la culture et le sport. Des hommes et nounous des secteurs se déchainent. Bilia Bah dur-recteur de la compagnie ‘’La Muse’’ n’a pas donné sa langue aux chats.

Don Casse-Casse a fait comme Momo Sai-doux Faux- fana pendant son dix-court de déclaration de poli-tique gêné-râle. Il a omis les secteurs culturel et sportif. Le PM n’a pas dit aux Condébilikas ce en quoi consistait sa politique dans ces domaines. Depuis Ouagadoudou la capitale Burkinabè, ou il passe un séjour de travail, Bilia Bas le dur-recteur de la compagnie de théâtre ‘’La Muse’’ a régi. L’homme de culture n’est pas surpris, à l’entendre « il parait que le PM a fait comme si la culture n’existait pas dans ce pays. Encore une fois je ne comprends pas et je me pose des questions. Je ne peux quand même pas apprendre l’importance de la culture à ces grands intellectuels ayant des Bac ++ ».  Moi je rajoute des doctorats et professorats fantômes.

Bilia Bas se pose des questions « A-t-il rédigé son programme tout seul ? N’a-t-il pas relu ? Tout ça se passe dans un pays en perte d’identité, déchiré par tous les maux que je ne vais pas citer ici ». Grand c’est toi qui sais qui va répondre à tes questions-là. Ce n’est pas moi en tout cas.

http://guineedecalee.com/don-casse-casse-sera-depite-ce-mercredi/

Nos Pm avalent certes la culture pendant leur oral devant nos dépités. Mais il faut se dire la vérité; cet abandon est cautionné par nous Condébilikas. Nous abandonnons nos coutumes au profit de celles occidentales et orientales de plus en plus. Et pour nous rien de plus normal. Bilia Bas  nous le rappelle « le PM n’est pas le seul responsable. Nous le sommes tous. Ce pays a besoin de la culture plus que tout autre chose. C’est même une urgence. Comment voulez-vous insuffler un nouveau souffle dans la culture ? Ne parlons même pas de l’inexistence de soutien à la création, formation, du manque criard d’espaces de diffusion ».

Une question importante que Bilia se pose et nous interpelle tous « ou la vision se résume à des artistes se laissant instrumentaliser par des politiques ou des barons de la cité? »

Cette omission a été aussitôt critiquée par des députés qui ont écouté Don Casse-Casse essayant de les charmer. Une des raisons pour lesquelles certains se disaient déçus du passage du chef de gou-bernement à l’assemblage, oh pardon l’as-semblée.

Diami-latouuri

LAISSER UN COMMENTAIRE