Dans ma galaxie

0
599
Ousmane Baldé, Sociologue

J’étais tranquillement assis dans ma galaxie, entrain de sniffer quand soudain je fus interrompu par un extrémiste rompu aux tas lents trop rapides et à langue trop aigüe. Quand il s’est fendu les mâchoires et a sorti ses mots infectés, aussitôt furent réveillés mes maux qui faisaient une sieste coincée dans un noir accru. Il a complètement quitté son uni-vers pour venir vers le sien et a voulu que forcément, je sois comme lui. Mais je ne suis pas prêt à suivre ce maudit astronaute dans sa divagation pointue. C’est pourquoi, je réplique pour lui faire savoir que je ne suis pas d’accord et que dans sa fonte-haine, je ne vais pas boire. Je veux péter la gueule à celui qui est venu foutre hors ma galaxie toute mon ataraxie pour y introduire mensonge et songe nourris. Avec une loupe, j’observe de l’autre c’ôté, je vois des êtres enchainés par des politiques aigris. Je suis venu les libérer par la force du verbe et du son, c’est moi tu appelles imposteur ? Que tu le veuilles ou non, je suis déjà sur des posters. Et mon combat dépasse la limite de ton hameau. Dans ma galaxie, pullulent des menteurs et propagandistes qui ne veulent pas que le pays bouge, ils ne s’intéressent qu’à remplir leur bide et remplir nos têtes de bouses.

http://guineedecalee.com/lettre-ouverte-letre-perte-de-citoyens/

J’étais tranquillement assis, dans ma science après avoir sniffer quand j’ai entendu un bruit sonore illisible. Je me suis dit, quelle pollution ! J’ai pensé en premier au train, c’est après que j’ai constaté que c’était bien un humain en chaleur qui hurlait son mécontentement et un autre qui était tellement calme que son silence criait contre son contentement. Sa lâcheté face au mal qui nous assaille et qui se fait appeler bien sournoisement. Je me suis dit qu’il fallait rappliquer contre tous ces crieurs publics qui continuent à infester notre paisible environnement. Je pense que ces gens ne méritent pas notre si aimé galaxie, ils doivent être embarqué à bord de vaisseaux de la sanction pour être débarqué loin, très loin où leur sottise ne peut point faire des faux hisses. Il faut que notre uni-vers soit purifié, qu’il soit détaché de tous ces parasites qui ne font que le tâcher. Fini de tirer mon joint, je jette le mégot et reviens à mon esprit mais je n’oublie pas qu’il faut combattre le pis. Ici, il donne une autre valeur que 3,14, on vit dans une autre dimension où la réalité est alitée. Complètement fatigué, elle s’apitoie sur son sort et rend celui qui la vit perplexe quant à un changement qualitatif. Dans mon monde, je n’écoute pas les promesses démesurées de quelqu’un qui recherche en vain une légitimité alors qu’il a une marge de manœuvre très limitée.

Le galactique, à bientôt pour une nouvelle de ma galaxie !

Oussoumani  Bandé 

LAISSER UN COMMENTAIRE