Les défenseurs des droits humains haussent le son après le meurtre des deux jeunots par balle

0
308

Les défenseurs des droits humains haussent le son après le meurtre des deux jeunots par balle

Des organisations kondébilikas de dépense des droits humains condamnent les tueries survenues pendant cette crève des gens-saignants. Ils appellent les auto-risées de Kondéblidougou à ouvrir des enquêtes pour identifier les meurtriers afin de les traduire devant les tribunaux.

Deux adolescents ont été tués lundi et mardi par balle aux quartiers dabompa  et cosa. Ces deux morts mettent les défenseurs des droits de l’homme hors d’eux.  Maitre Férédi Formol président de l’ONG  les mêmes droits pour tous est irrité « nous dénonçons encore une fois avec la dernière énergie cette campagne de tueries de manifestants dans notre pays. Ya pas de raison que des élèves qui manifestent soient froidement abattus en pleine manifestation ».

Le président de L’ONG mêmes droits pour tous demande l’ouverture d’une enquête. Selon lui, il faut que les coupables soient punis « nous demandons aux autorités d’arrêter de jouer avec la vie, avec l’âme des Guinéens.  Depuis 2010 jusqu’à maintenant là,  il y a près d’une centaine de morts aucours de manifestations, mais encore une fois rien n’a été fait. Ça doit s’arrêter.  Nous ne devons pas continuer avec cette habitude.  Les forces de défense et de sécurité doivent savoir qu’elles sont des forces Républicaines et qu’elles doivent agir conformément à la loi et non pour satisfaire les intérêts politiques momentanés de qui que ce soit ».

Elhadj Malal Dia-lou vice président de l’OGDH ( organisation guinéenne de défense des droits de l’homme et du citoyen ) abonde dans le même sens. Son organisation condamne  ho et corps les tueries de ces jeunots « nous avons demandé que l’on cesse de tuer les citoyens guinéens.  Malheureusement ,  ça ne cesse pas et ça ne fait qu’augmenter » .

Il n’oublie pas non plus l’acte du sinistre de l’éducation nationale qui a dévoilé l’identité complète d’une fillette qui aurait été violée par son maître d’école. Elhadj Malal condamne encore plus l’acte de l’instituteur «  ça c’est dommage.  C’est des choses à condamner. C’est un enseignant qui l’a violée.  Ça c’est plus que condamnable.  C’est un criminel ».

Ces défenseurs des droits de l’homme demandent qu’une solution soit rapidement trouvée pour éviter que les choses empirent.

Djamithianguel

LAISSER UN COMMENTAIRE