DOMMAGE CO-LATÉRAL, OH MAGE POP-DEALER 

0
774

 

 

DOMMAGE CO-LATÉRAL, OH MAGE POP-DEALER 

Le sacrifice humain est plus qu’éminent à Kondédilidougou. Il ne se fait pas seulement comme on le connait tous, mais en politique, il se fait comme suit : on cherche souvent un mangeur de pêchés. Et ce, depuis que les débiles se sont érigés en bons dirigeants. Je sors de mon silence, pour que ma révolte s’affiche de nouveau afin de sommer celui qui n’a aucun niveau. Je sors de mon lâche silence pour commenter ce qui n’est pas à commenter dans le but de dénoncer ceux qui faux-mentent, afin d’éviter à l’innocent d’être enfoncé. Car, le clou de la bêtise est profondément planté sans fondement dans le pot de la haine, de l’égoïsme, de l’insolence et de l’injustice. Justice se prononçant sur de l’illusion pour conclure sur du factice. Le faux est désormais le remplaçant valable du vrai. Les gens sont seulement confus. Ils demandent des explications sur le mysticisme du féticheur qui se veut explicatif dans son obscurantisme. Mais après vaines tentations, les gens curieux de comprendre le mystère du charlatan ne sont pas satisfaits. Il y a donc forcément des faits que l’on cache aux gens, des choses qu’on ne dévoilera pas, des vérités enfermées dans le cachot du silence, car ceux qui doivent lever le petit doigt ont peur qu’il ne casse par la force des représailles. D’autres ont la voix monnayée par des miettes, juste le prix d’une modique assiette d’athiékè.

Une chose reste claire, les petits deals pour la garce de la prési-dance ont entrainé vraiment des conflits politico-égoïstes qui ont fait perdre à certains la vie et à certains la liberté. Mais, diable, si tu es convaincu d’être un fan de la pop-hilarité, pourquoi ne vas-tu pas faire ton propre groupe politique ? Avec ton propre groupe, sûrement, tu pourrais gagner la prési-dance. Comme ça, tu pourras danser de la salsa en live à la radio-télé-bidon du parti au pourboire. Oh je vois, ta garce avait une condition, il faut faire la tepu pour rester tranquille, se rebeller contre ton propre enfant que tu as tant chéri et qu’un autre est entrain de bercer actu, avec une pop-hilarité flanc-aboyant. En outre, ce dernier aussi se plairait bien dans ses gros boubous blancs, lavé du crime commis dans son salon, devant ses bras-gauches (lavé aussi). Comment donc celui qui n’a dit que « ne pas allumer la cam-errante » peut se retrouver privé? Privé de tout, et de surcroit avec une disproportion jamais vue, jamais entendue. Ce bled est surprenant! On se croirait dans une mythologie, même celle grecque serait moins dure. Mais, là malheureusement, on est bien dans la réalité. C’est bien quelque chose qui se fait maintenant. Venez chez moi, ce que vous n’avez jamais vu ailleurs, Kondébilidougou peut vous le montrer en haute défini-chions, de façon quotidienne. En attendant, j’ouvre ma gueule sans commenter ce qui est fomenté !

Ousmane Baldé

LAISSER UN COMMENTAIRE