Faya Pillipöllö interdit de crève de fin

0
142
Archive: Faya Milimono président du Bloc Libéral en grève de la faim

Doftorou Faya Pillipölö a entamé ce mercredi, une crève de faim. Déterminé, lui et ses gars disent merde à la bouffe. Ils dénoncent par cette méthode la « militarisation des quartiers » et la fermeture des classes. L’esplanade du stade du 28 septembre leur a été interdite, ils se sont ensuite transportés à la devanture de l’université Gamal Abdel Nasser.

Contrairement aux autres partis poli-piques de l’oppo-succion qui font des marches interdites, le BL lui, se prive de la bouffe en guise de protestation. Faya Pillipöllö et sa portion de militants étalés  au début à l’esplanade du stade du 28 septembre, ont été sommés de quitter le coin. « On est venu ici (esplanade du stade ndlr) installé notre tente. Ils  sont venus nous déguerpir or, nous avons informé l’autorité municipale de Dixinn qui avait 72h pour dire oui ou non mais elle ne l’a pas fait. Maintenant on veut nous dire que l’esplanade appartient au stade et que même si nous obtenions l’autorisation avec le maire de Dixinn nous ne pouvons pas rester ici… Ça montre clairement que la Guinée est dans une phase de dictature » dénonce Doftorou  Faya

Sans le moindre bruit, Kötö Pillipöllö et sa troupe ont quitté le lieu. Ils ont finalement  installé leur tente à la devanture de l’université Gamal Abdel Nasser. Une bâche étalée au sol, des oreillers à côté, tous fourrés dans des t-shirts sur lesquels c’est écrit  » nos enfants à l’école, démilitarisez nos quartiers !  Pendant quatre jours ils resteront là, sans manger. Mais ils vont quand même boire. On dit grève de la faim, pas de la soif. Bande d’esprit tordu!

Des militants du BL en grève de la faim

A travers cette crève de la faim « Nous voulons prouver à l’opinion nationale et internationale que la Guinée est devenue une dictature. Dans une dictature,  personnes n’est allié à un dictateur. S’il arrive à installer des PA un peu partout et que nos enfants ne vont pas à l’école, un gouvernement qui refuse d’envoyer les enfants à l’école est un gouvernement criminel. C’est l’avenir même de notre pays qui est en danger. Et c’est ce que nous sommes en train de démontrer d’un pas à l’autre » s’exclame Doftorou Faya qui pour l’instant a plein d’énergie. On en reparlera après deux jours et on verra.

Affaire de crève de la fin, le Gluck libéral n’est pas à sa première expérience. Pacifiquement au lieu d’exposer leurs poitrines devant les canons des farces de désordre, ils préfèrent ne pas bouffer pour dénoncer les agissements du pourboire. Franchement, qu’est-ce que les dirigeants en ont faire ? Ils continueront de bouffer leur Konkoye, töri, töbögui et autres tranquillement pendant que vous mourrez de fin. Mais bon la vie est une question de choix et chacun a fait le sien.

Mbella Diallo

LAISSER UN COMMENTAIRE