Fillette de 10 ans pendue : les voisins suspectent une mise en scène

0

Quelques jours après la découverte du corps d’une fillette âgée de 10ans pendue à Yattaya soloprimo, les enquêtes se poursuivent. L’entourage dénonce le mauvais traitement dont était la victime Marie Lamah.  Les gens ne parlent que quand il est trop tard. Sinon, pourquoi ils n’ont pas signalé cela avant la mort de la fillette.

Il y a trois jours, Marie Lama a été découverte morte pendue dans une boutique au quartier yattayah soloprimo. Elle vivait sous le toit de sa grand-mère. Selon l’entourage, la fillette faisait à elle seule toutes les corvées de la famille. Ceci n’est pas un cas isolé. Combien de petites filles sont dans cette situation dans notre bled. Elle faisait le linge et la vaisselle et s’occupait aussi de l’entretien de  la devanture de la boutique où elle a été retrouvée morte.

En plus de ces travaux domestiques, Marie Lamah serait également victimes de bastonnade  de la part de ceux qui étaient censés la protéger, disent des voisins de la famille. Ces gens qui ne parlent que quand il est trop tard. Marie n’a jamais été envoyée à l’école alors qu’elle habite à quelques 20 mètres d’une école publique ouverte cette année. L’entourage de la victime souhaite que les enquêtes sur les causes du décès soient approfondies. Certains jurent avoir vu des traces de blessures sur le corps de la fille lors de la découverte macabre dans la boutique. D’autres vont jusqu’à se demander si réellement c’est Marie Lamah qui a attaché la corde qui lui a été fatale. Ils soupçonnent un mise en scène dans cette affaire.C’est quand même bizarre de voir une fillette de 10 ans se suicider.

A lire également: http://guineedecalee.com/assez-de-la-vie-alpha-ibrahima-diallo-se-pend/

Au commissariat central de sonfonia, des membres de la famille ont été auditionnés par les agents jasant en charge de l’enquête. Selon le commissaire central, ils n’attendent que les résultats de l’autopsie et les conclusions du médecin légiste pour se prononcer sur cette affaire. Au moment où nous quittions ce commissariat, des membres de la famille de feu Marie Lamah étaient présents. Quoi que l’autopsie révèle, c’est une mort qui aurait pu être évitée si les conditions de vie de la petite avait été différentes.

LAISSER UN COMMENTAIRE