GALACTIQUEMENT VÔTRE : dans ma galaxie, les robinets sont assoiffés et les forages sont applaudis !

0
1042

 

J’étais bêtement posé dans ma galaxie quand subitement j’entendis la sinistre de l’économie. Merde, je crois que c’est un poisson d’avril, ceci n’est pas une vérité. Elle a osé vraiment dire ça. Elle a sorti cela de sa bouche, une ministre de surcroît. Pour Mal-las-dho K-bas « 85 pourcent de la population guinéenne ont accès à l’eau potable […] » Je me demande, si réellement ce chiffre exorbitant, butant tout bon sens vient du programme international d’enquêtes auprès des ménages MICS (Multiple Indicator Cluster Survey). Si oui, peut-être ces enquêteurs se sont focalisés seulement sur un coin où l’eau potable n’est pas un problème pour penser que les populations kondébilikas ne sont pas lasses pour transporter des bidons et autres récipients.  Nom d’un chien, ces chiffres irritent plus qu’ils ne soulagent. Elle ne se limite pas seulement pas à l’eau potable, pour elle le manque d’eau peut créer des conflits politiques, des fois des conflits armés. Et moi qui pensais que si l’on a faim ou soif, on essaie d’abord de satisfaire notre faim et notre soif avant de penser conflit, car l’arme n’a jamais pansé le vide de la bouffe ou de la boisson. Cette mini sinistre est vraiment trop ingénieuse.

http://guineedecalee.com/dans-ma-galaxie/

Aujourd’hui dans beaucoup de coins, la sosie-été des os de Kondébilidougou ne pompe plus. Si tu vois un robinet vomir, ce qu’elle a d’abord beaucoup bu. Et dire que nous sommes dans ce pays appelé « château d’eau d’Afrique de l’ouest », alors que même les robinets ont tari chez certains y a longtemps, c’est ce qu’on appelle malédiction. Les tuyaux même sont dehors, hors terre, les gens les sectionnent pour avoir de l’eau. Parce que les collines, même trop petites sont des obstacles majeurs qui taclent la montée de l’eau. Entre Kagbelen-36 par exemple, quand vous rentrez dans la maison d’une personne, vous penserez qu’elle est vendeur (se) de bidons 20, 10 litres, et même des seaux tellement qu’elle en a. c’est une arnaque le fait d’accepter d’être appelé château, alors qu’on n’a même pas la taille d’une maison normale. C’est une musique que nous avons chantée au primaire, sans compter les autres mots enjolivés pour maquiller nos maux. Scandale géologique, nous avons crié. Si tout cela, c’est pour rester sans une seule goutte d’eau dans nos robinets, qu’on change de chanson. Ce pays est finalement un gros mensonge.

Oussoumani Bandé

LAISSER UN COMMENTAIRE