Huit ans après le massage du 28 septembre, les victimes se surviennent 

0
Exif_JPEG_420
Huit ans après le massage du 28 septembre, les victimes se surviennent 
Malheureusement ce n’est que souvenir !  La justice ne semble pas être pour demain. Ce jeudi 28 septembre, l’Association des parents, Amis et Victimes du 28 septembre 2009 (AVIPA), ont rafraichi leur mémoire sur la barbarie des militaires orchestrée dans le stade du 28 septembre, à travers une commémoration au siège de ladite entité à Koloma solo primo.
Les organisations nationales et internationales de détente des droits humains se sont mises dans la danse aux côtés des victimes pour commémorer le 8ème anniver-serre de cette date pisseuse de tristesse du 28 septembre.
En ce jour d’anniversaire, l’AVIPA par la voix de sa boule-boule de présidente pensait que cette date allait coïncider avec la fin de l’instruction et l’ouverture du procès. Eh diaka ! L’espoir vire au désespoir, s’indigne Assou-mâwou Diallo: « AVIPA, dans son ensemble, ne cache pas son indignation par rapport à l’évolution du dossier qui n’a pratiquement pas connu d’avancée significative depuis l’arrestation de Toumba Diakité ». Elle s’apitoie face à la lenteur du dossier et à mollesse des autorités judici-erre.
Les victimes en majorité accrochées aux babines des chefs gueulards dans leur interminable brouhaha s’effarouchent contre les discours et jaillissent d’un seul coup et crient: ‘’ on veut justice, 8 ans c’est trop, on est fatigué’’, déclament les nounous en larmes. Une façon pour elles d’afficher leur ras-le-bol face aux foultitudes discours qui ne servent finalement à rien à leurs yeux. Moné !! Kondéblidougou, si les discours pouvaient faire l’affaire de ce bled, afâkoudou on n’allait pas être dans le derrière du dernier… ouf !!
Face à l’indolence et à la mauvaise volonté affichée des autorités kondébilikas de boucler la boucle dans cette affaire, AVIPA menace de saisir la Cour de justice de la CEDEAO, afin que celle-ci serre les ‘’couilles’’ de l’Etat de Kondéblidougou pour justice et reparation vis-à-vis des victimes. L’ONG lance un ultimatum au Finistère de la fustige de fixer la date de l’ouverture du procès et choisir le site devant l’abriter avant la fin du mois d’octobre 2017; à défaut, attendez-vous à une forte mobilisation des victimes. Au moins, c’est clair dans les tympans des autorités. À bon entendeur, cohue !
Enfin, un sketch de théâtre en rappel à la tragédie du 28 septembre 2009 est venu clôturer cette journée commémorative, mais qui a failli de justesse viré aussi à un autre drame, car les victimes ne faisaient que tomber en syncope en se rappelant les scènes indignes et inhumaines que les bidasses leur ont fait subir lors de cette journée noire.
Pour rappel, le massage du 28 septembre avait fait plus de 156 morts et plus d’une centaine de femmes ‘’consommées’’. Qualifié de crime contre l’humanité, à ce jour, 14 personnes ont été inculpées dont l’ancien chef de la junte Angadadis Cas-marrant et son aide de camp Touuba Diagguiké, sans oublier des hauts officiers commis de l’État tels que Tièkörö et Con-plan.

 

                                                Mbella Diallo

LAISSER UN COMMENTAIRE