La dépense de l’indépendance est la dépendance : ou bien Mikhindé ?

0
Mikhindé Daalindé

L’ar-triste  Mikhindhé Dalindé connu pour ses positions tranchées sur l’indépendance et tout ce qui concerne la souveraineté de Farafina ne fêtera pas cette fois encore la fête de l’ (in) dépendance.  Il en est de même pour tous les membres de son organisation ‘’JUWA’’ (qui veut dire soleil). Il s’est exprimé ce lundi 1er octobre 2018 par rapport à la fête de l’indépendance de la Guinée.

Les Condébilikas fêtent ce mardi 02 octobre, la fête d’ (in) dépendance du bled. Mais ce n’est pas le cas pour tous les citoyens.  Mikhindé Dalindé est parmi ceux qui ne seront pas à la fête demain. Pour ce pan-africaniste, le 02 octobre de chaque année ne mérite pas d’être fêté.  Ce n’est pas la fête nationale. Va dire ça à nos dirigeants, tu entendras leur réponse.

Interrogé par un reporter de guineedecalee, il indique que fêter une fête qui n’est pas fête est une défaite. Il a ses termes propres à lui seul. Il manie la langue de Molière à sa guise.  Selon ses dires. Être indépendant c’est quand on peut voir les choses à sa façon de voir, agir et penser en sa façon de penser. « Pour nous, il n y a pas d’indépendance. Donc il n y a pas lieu de fêter quelque chose. L’indépendance est l’ordre culturel avant d’être une condition sociale.

Nous, culturellement on n’est pas indépendant par ce qu’il faut retenir une chose, la langue est le pilier de la culture. On transmet toutes les richesses d’une culture. La langue officielle c’est la langue des colons, la langue de l’information c’est la langue des colons et la langue de l’éducation c’est la langue des colons. Même la Guinée est une invention coloniale. Si nous nous maintenons dans les créations des colonisateurs, et en utilisant les outils qu’ils nous ont donnés, où serait l’indépendance>>, a-t-il déploré. Toi-même tu utilises téléphone et beaucoup de choses que les blancs ont créées et tu nous fais la morale ?

L’ar-triste qualifie cette fête d’indépendance de un crime  vis à vis de la population. Pour lui, les sommes qu’on débloque pour  fêter l’indépendance pouvaient être utilisées dans un autre secteur pour améliorer les conditions des vies de populations.

« on est là à gaspiller de l’argent inutilement en débloquant des sommes pour fêter cette fête qui n’est pas fête, des sommes qui pouvaient être utilisées dans un autres secteur pour améliorer les conditions des vies de populations mais on débloque ces sommes pour fêter une fête qui n’est pas fête. Pour nous le 2octobre c’est le jour où on a dit oui à la colonisation » a t-il souligné.

http://guineedecalee.com/mikhinde-dans-le-bain-panafricain/

Mikhindhé Dalindé  rappelle qu’à  chaque  25 mai, son organisation  organise des conférences pour faire éveiller la conscience des gens pour que l’unité africaine soit effective. Parce que pour lui, s’il y a une fête c’est bien le 25 mai, date anniversaire de la création de l’union africaine. Il croit dur comme fer que la colonisation continue toujours sous une autre forme.

Djiwo Bas

LAISSER UN COMMENTAIRE