Les malheureux  de la radio Bonheur vont traîner le foustage D.G en juge-triche 

0
440

Les journaleux grévistes de la Radio Bonheur ont refait surface ce jeudi 16 août. Ils réclament toujours leur misérable sal’air confisqué par le foustage dur-receur de la radio qu’ils comptent désormais traîner devant la fustige. 

Cette grogne des journaleux malheureux de radio Bonheur remonte au mois d’avril. Depuis 4  mois, leurs poings de revendication notamment la récupération de leur sal’air demeurent sans effet. Coûte que coûte,  ils veulent récupérer leurs pognons. Ça galère tellement qu’ils ne lâchent pas few.

http://guineedecalee.com/les-travaileurs-crevent-de-bonheur-fm/

Après des foultitude démarches infructueuses, les journaleux grévistes appuient sur la gâchette «  Le directeur général de la radio oustadz Hafiziou Sow a défié toutes les autorités. L’URTELGUI, la HAC, le syndicat de la presse, l’inspection général du travail qui lui a adressé trois convocations auxquelles il n’a pas daigné répondre. Face à l’échec de tout cela nous nous sommes vus dans l’obligation de transférer le dossier au niveau du tribunal de travail » largue dents serrées Mama-doux Samba Sot.

http://guineedecalee.com/fuite-et-faim-de-la-creve-de-bonheur-fm/

Le gosse de la radio est tellement sûr de lui qu’il ne se soumet à aucune médiation. A travers cette démarche judiciaire, les journaleux comptent le plier telle une natte.  » il faut qu’on fasse comprendre à oustadz Hafiziou Sow qu’en Guinée malgré tout ce qui se dit il y a des lois et il faut que les gens apprennent à les respecter. Et lui il doit servir d’exemple »clame le chef de peloton des gréviste.

Pour rappel, ces journaleux ont été mis à la porte pour des faits de grève. Le mal qu’ils ont commis est le fait d’avoir réclamé  des meilleurs conditions de travail.

Mbella Diallo.

LAISSER UN COMMENTAIRE