L’ISIC DE KOUN-TIYAA PRO-MUE POULE EXCELLENCE

0
484

L’ISIC DE KOUN-TIYAA PRO-MUE POULE EXCELLENCE

L’institut souper-rieur de l’information et de la communication (ISIC) de koun-tiyaa a reçu le prix du meilleur institut pour l’année 2017. 

A l’occasion  du sacre des meilleures entreprises (nationales et étrangères),des personnalités et institutions d’en-saignement souper-rieur au compte de l’année 2017, l’ISIC de koun-tiyaa a été nominé pour avoir répondu aux critères des organisateurs qui tournent autour de trois poings. L’impact de la société sur la communauté où elle est implantée, la performance de la société sur le terrain et l’emploi des jeunes.

«Nous sommes satisfaits, heureux de recevoir ce prix par ce qu’il reconnaît les efforts que nous avons effectués. Ça nous galvanise davantage et nous pousse à faire plus pour conserver le titre. Parce qu’il faut savoir que quand on vous donne un titre, on vous lance un défi. Nous allons donc le relever et poursuivre nos innovations», déclare Banc-galy Cas-marrant, dur-recteur gêné-râle de l’Institut.

Afin de pérenniser cet acquis, Banc-galy Cas-marrant et son personnel ont choisi d’articuler leurs activités autour de trois axes. «Nous allons tout d’abord innover dans le domaine pédagogique, dans le contenu de la formation et dans le domaine technologique. Nous allons aussi intégrer les nouvelles pratiques du journalisme avec les réseaux sociaux. Nous prévoyons aussi de créer des conditions favorables pour l’apprentissage de nos étudiants. En deuxième Point, Nous pensons investir dans les infrastructures. Le troisième axe c’est de développer un réseau professionnel des médias et communicants autour de l’Isic dans un cadre collaboratif», ajoute t-il.

Pour lui, en atteignant ces trois poings, l’ISIC peut aspirer à être un institut d’excellence. Pour l’instant, l’institut se contente de former et déverser des centaines de journaleux fouineurs et co-muni-camps bavards  chaque année sur le radin marché de l’emploi kondébilika. Plusieurs d’entre eux , réussissent tout de même à s’en sortir et à vous casser les oreilles à travers les radios wörö-wörö.

                                       Couine Élisa-bête 

LAISSER UN COMMENTAIRE