Lycée Kipé : un enseignant crie ‘’camarade salut’’ et se fait renvoyer

0
927
Quelques élèves et un enseignant dans une salle de classe

Au complexe scolaire de kipé c’est seulement les nouveaux gens-saignants contractuels qui étaient présents ce lundi 9 octobre 2018. Les élèves et professeurs ont pratiquement boudé les salles de classes.

L’État Condébilika qui  avait prévu l’ouverture des classes depuis le 03 octobre dernier, n’a toujours pas réussi son pari face au syndicat des enseignants. Pour preuve, la plus part des écoles visitées sont presque vides. Pas assez d’élèves ni  enseignants, seul quelques membres de la direction et les nouveaux enseignants contractuels étaient présents. L’Etat a engagé de nouveaux gens-saignants pour gâcher la crève du SLECG.

Au collège, c’est comme si l’établissement n’est pas prêt à recevoir les élèves cette année. Dès la rentrée dans la cour de l’école, c’est le bruit de la machine  coupeuse de bois qui accueille les visiteurs. L’école est encore en rénovation. Là aussi, aucun élève, ni enseignant. Les salles des classes sont vides. Ceux-là aussi ont donné leur langue aux chats.

Arrivée au lycée, à l’extérieur de la cour se trouvait un professeur de la biologie ? visage froissé. Interrogé, cet enseignant nous a fait savoir qu’il a été renvoyé par son  proviseur du lycée.

« Je suis rentré dans la cour de l’école, j’ai trouvé certains enseignants contractuels qui ne sont pas officiellement engagés à la fonction publique qui sont là avec les autorités de l’école. Quand je suis rentré j’ai dit salut camarade, (professeur) le proviseur m’a répondu de façon amère en me disant de sortir dans la cour de l’école, qu’il ne va plus me recevoir. En sortant j’ai trouvé le secrétaire général de l’école à la porte plus une dame, je l’ai dit que le proviseur m’a fait sortir et moi je continuerais mon combat jusqu’à l’aboutissement des conditions de vie des enseignants>>, a expliqué Daouada Doumbouya. Camarade salut, c’est la phrase à ne pas prononcer devant de sres-con-sables de l’enseignement.

Le proviseur du dit lycée a rassuré que les cours ont bel et bien repris. Voici ce qu’il nous dit. « Le constat est bon, même si nous avons deux élèves ils vont étudier. C’est cette disposition qui nous a été dite. L’essentiel est que tout enseignants qui se fera absenté sera immédiatement remplacé par les nouveaux  enseignants qui sont là » a confirmé Amara Balato Keïta.

A l’école primaire de kipé, il est 9h. Dans la cour, on y voit les res-con-sables de l’école et quelques enseignants assis. Les salles de classes vides.  Dans tous l’établissement, une seule salle regroupe quelques élèves de deux classes. Interrogé, un enseignant qui donnait les cours, a témoigné dans l’anonymat.

« Depuis ce matin à 7h 45, certains enseignants étaient là. Les nouveaux contractuels qu’on a envoyés dans les écoles plus  quelques anciens   avec le directeur. Nous avons reçu quelques élèves aussi. Chez moi, les deux classes se sont réunies CP1 et 2, en totale qui donnent 13 élèves dont 4 filles. Nous enseignants, nous sommes au nombre de 5 dont 3 femmes. Nous tenons les enfants jusqu’à l’heure où on va nous libérer », a indiqué cet enseignant qui n’a pas voulu s’identifier.

http://guineedecalee.com/creve-du-slecg-le-constat-sur-le-terrain-est-mitige/

Saïdou Bah, un élève du lycée témoigne. Il dit que les cours ont débuté aujourd’hui, tout de même, il affirme qu’ils ont commencé par  le programme de philosophie avec ses professeurs.

Djiwo Bas

LAISSER UN COMMENTAIRE