Mani-fesse-tensions à Kondébilidougou : que des vies-aux-lances

0
236
Une citerne érigée en barrage sur la route de Lambany par des manifestants

Disons-le clairement. Cette semaine est mal engagée. Personne ne peut tout voir. Tout entendre. Le bilan faut pas en parler. Ceux qui doivent dresser un bilan sont des acteurs principaux dans les pillages. Les farces de désordre bien sûr. La société ci-vile ? Quand elle ouvre la bouche on examine d’abord son accent, puis son prénom et nom avant de croire ou pas à sa version. 

La journée du lundi 12 mars ressemble à celle de ce mardi 13 Mars. Pas tout à fait. Les quartiers comme Kipé, Lambany sont souvent réputés calme. Mais pas les 48 heures écoulées.

A Lambany par exemple, les jeunes ont agi. Au-delà des réclamations d’ordre général, les jeunes s’en sont pris aux buvettes. Destruction. Boissons alcoolisées emportées. Les jeunes pas forcément habitués à toucher à la bière s’en sont servis à cœur joie. La suite on la connaît. Ils ont bloqué la route avec une citerne. On dirait des lutteurs sounouga-laids.

A LIRE AUSSI : Con-à-cris au rythme des mani-fesse-tensions

Au rond-point Cosa, une association de jeunes avait planifié la tenue d’un cours au milieu de la route. Au petit matin, ils sont partis bloquer la circulation près d’Enco5 et au Camp carrefour pour libérer totalement le carrefour de Cosa. C’est ainsi que les jeunes garçons et filles en grand nombre ont suivi un cours des ainés.

un tableau brandi par un jeune élève à Cosa

Pendant ce temps les nouvelles qui proviennent de Kipé ne sont pas du tout rassurantes. Un chauffeur à la retraite qui a fait la guerre du Golfe aux côtés des USA en Irak surtout confie avoir vu des agissements incroyables. Il a fait plusieurs détours pour rejoindre son quartier. Il a fallu qu’il se fasse escorter par les services de sécu-raté.

Plusieurs conducteurs de moto taxi se sont vus retirer leurs engins par des mani-pestants surexcités. Les reporters, n’ont pas été épargnés. Ils ont été agressés à plusieurs endroits. Du matériel de certains journaleux,  ont été chipés par des manifestants.

A Boké une source indique que des barrages ont été érigés la nuit. Même la nuit, ils ne se reposent pas.  Preuve que la journée a été agitée. Cette même source indique que les forces ont battu en retraite devant les jeunes déterminés à en découdre.

Sadio Baldé

LAISSER UN COMMENTAIRE