Mariame Mohamed Keïta fait les poubelles puis fabrique des dalles

0
275
L'équipe de Mariam Keïta en travaux

Une jeune dame et son équipe veulent tenter le pari. Celle d’une Condébilidougou sans ordures.  Mariame Mohamed Keita fabrique des dalles à l’aide des déchets plastiques qu’elle tire des poubelles. Cette entrepreneuse entend contribuer à sa manière à lutter contre l’insalubrité dans la Capitale.

Mariame Mohamed Keïta

Des dalles made in guinée, étalées sur une surface de terre comme échantillon. Mariame Mohamed Keïta tente le pari d’une capitale sans ordure. Pour cela, elle fait les poubelles et alors ? Pour obtenir les dalles, tout un processus est suivi. Un groupe de cinq personnes composées de trois femmes et deux hommes travaillent d’arrachepied pour fabriquer ces dalles. Sans ces tenues qu’ils portent, on les aurait confondus à des fous ou des enfants en
plein jeu.  D’abord, ils font le tri des plastiques par catégories, pèsent, avant de les faire fondre dans une marmite qui rappelle un haut fourneau. Ce liquide sera mélangé avec du sable préalablement tamisé.
Comme dans un laboratoire en plein air, une quantité est déposée sur une moule en fonction du format de la dalle. C’est un rêve longtemps muri qui commence à prendre forme.
Un semestre de travail, le bilan n’est pas si mauvais. 5 tonnes de plastiques sont recyclées. 7heures de travail par jour pour 40 pavés fabriqués. La quantité aurait pu être plus importante, mais à cause des faibles moyens, Mariame Mohamed Keita et son équipe se contentent de ce résultat obtenu. Autonome, cette jeune dame a rangé ses diplômes en comptabilité et gestion informatique  pour se tourner vers ce travail ramassé en cours de chemin.
Au-delà de son équipe, c’est tout un groupe de jeunes ramasseurs des déchets plastiques qui sont employés par cette jeune dame. Résultat, elle participe à la propreté de la ville et réduit tant soit peu le chômage. Êtes-vous tenté de faire les ordures ?

Sadio Baldé

LAISSER UN COMMENTAIRE