Médias:De la paresse de la presse

0

J’ouvre encore mon clapet emmerdeur pour toucher du doigt ce groupe d’merdeurs. Dites, savez-vous comment un citoyen lambda définit un journaleux ? Chez nous ici, on pense que, est journaleux, celui qui peut mentir gros, celui qui relaie des rumeurs à travers son bavardage ennuyeux. Toutes ces émissions phares qui n’illuminent que le ventre des animateurs doivent à un moment donné, arrêter leur jeu d’hypocrisie…car il faut oser le dire, tout le monde n’est pas condamnable sur ce qui se passe dans ce pays. Y a ceux qui font des délits grotesques et ceux qui sont punis à cause de gestes minables, les rôles sont trop inversés dans ce petit cirque.

Résumons la profession: Recueillir, traiter et Diffuser des informations. Trois mots mais pas pour les sots. Pourquoi donc sauter sur la première étape pour tomber sur la troisième ? C’est quoi cette façon de pondre des informations précoces ? Loin de vous faire la morale ! Peut-être que moi-même je fais mal ce que je dois faire. Mais s’il vous plait, ne tâcher pas ce métier en ôtant tout de sa noblesse. Divulguer sans vérifier, c’est comme fort-niquer sans faire des préliminaires, ça peut tourner au vinaigre. Diantre ! Dites-moi que dans ce pays y a des haut-parleurs qui n’ont pas un p’tit sponsor qu’ils n’osent dénoncer par peur d’être défoncé ou du moins être accusé de soudoyer pour garder une information sensible. Faire exprès, rater la cible. Juste pour quelques billets de banques et se mettre à gueuler sur les ondes. Et le faire aussi maladroitement, avec une voix immonde. Merde, en plus il faut se prendre pour un saint-journaleux galeux alors que les malheurs nous charcutent en utilisant une maudite sonde. Pourquoi diable le Macaque qui est devenu un rat par une transhumance exubérante peut mériter d’être l’objet d’une actu-alitée ? Merde ! Des fois, à lire ou à écouter certains, on a seulement envie de changer de fréquence pour tomber sur une modulation qui ne bruite que mélodies et lyrics afin d’éviter que nos têtes ne soient considérées par certains comme des dépotoirs de sales informations.

http://guineedecalee.com/la-presse-guineenne-en-deuil-abdoulaye-bah-de-guineenews-est-decede/

Comme le disait l’autre, tout ce qui est vrai dans un journal, c’est sa date. Je ne suis pas contre qu’un certain animateur de gueulard cacophoniques soit remontés jusqu’à arrêter son émission en guise de protestation. Mais dites, quel effet cela donne ?  Faut-il attendre que le nombre s’aggrave pour laisser sa colère péter ? C’est la question débile qui tourne dans ma tête depuis un bout de temps. 98, disent-ils, trop, c’est trop. Mais pour eux, la cause de la mort des manif-estant serait la mauvaise politique de part et d’autre. Chers journaleux, la cause de ces problèmes ne se trouve pas dans vos débats houleux. La bonne question serait par exemple, pourquoi avec 98 morts et plusieurs blessés, ces gens ne veulent pas reculer ? Pourquoi continuent-ils à sortir même s’ils savent pertinemment qu’ils seront violentés, qu’ils seront tués ? Et où en est-on vraiment de la réforme des forces de sec-irrités ? Il y a une batterie de question à laquelle il faudrait répondre avant d’affirmer, avant de continuer à pondre des informations bancales qui ne feront que diviser. Chers cracheurs de salives dans des micros agités, sachez que votre venin, ce n’est pas dans mon hameau malade qu’il va giter. Vous donnez à longueur de journée des leçons de morales à certains dirigeants mais vous ne les tenez pas responsables quand la mort sur nous râle. Oh diable, qu’est-ce que certains obscurantistes parmi vous peuvent se prendre pour des éclaireurs. Quand le bourreau met un blouson de médecin pour venir sauver, c’est qu’on est mal barré. Ou quand le faucon enfile l’apparence de la colombe. Ces attitudes hypocrites sont à changer, ou bien cherchez-vous une autre profession, car comme on le dit souvent ; il n’y a pas de sot métier. Comme le dit Lino, la crise a souvent besoin de bouc-émissaire. On dirait que les paresseux ont compris ce message et ils cherchent toujours quelqu’un qui a une petite caboche pour lui faire porter une casquette XXL. Dès qu’on voit l’accusé et le crime commis, pas besoin d’être expert pour remarquer le mensonge hors pair. Afacoudou, que chacun prenne pour lui ! A bon bazardeur Sali ! Et surtout, vous allez m’excusez chers cons frères.

Man Critique

LAISSER UN COMMENTAIRE