Procès de la  »grenade » : la dépense joue la carte sentimentale

0

Le procès de Boubacar Diallo alias Grenade s’est poursuivi ce mardi 12 février au tribu-anal de première insistance de Digsein en sa phase de réquisitoires et plaidoiries. Le pro-crieur a requis 20 ans de détention criminelle avec une période de sûreté de 5 ans contre l’accusé.

C’est dans une salle d’audience envahie par des curieux et des proches de l’accusé que le pro-crieur Sidy Solomana N’diaye a fait son réquisitoire suite au coup d’envoi du juge Diakité. Avec farce et d’un ton sévère, l’empereur des poursuites a tenté de justifier et élucidé les éléments constitutifs des infractions retenues contre ‘’Grenade. (Tentative de meurtre et détention illégale d’arme de guerre ndlr).

Par des acrobaties d’argument juridico-judici’erre, le pro-crieur a soutenu mordicus que Boubacar Diallo a attenté aux vies des farces de désordre lors d’une manifestation politique et a détenu d’arme de guerre. Par ces faits « le procureur requiert parce que convaincu de l’existence des infractions et demande au juge de condamner Grenade à la peine de 20 ans de détention criminelle assortie d’une période de sûreté de 5 ans ».

Le collectif des avocats de la dépense mis mal à l’aise par la sévérité de la peine requise, s’est relayé devant le juge pour plaider non coupable. Maitre Alseny Aissata soutient que le procureur n’a brandi aucune preuve durant tout le procès. « L’empereur des poursuite n’a administré aucune preuve petite qu’elle soit. Tout ce qu’il a dit dans son réquisitoire, c’est comme si il a prêché dans le désert par ce que c’est stérile, pas d’arguments convaincants et irréfutables » déclare-t-il.

Poursuivant dans sa ligne de plaidoirie, l’avocat perdait même son latin quelques fois. Voulant créer de l’émotion chez le juge, sa langue trébuche et il qualifie son client Boubacar Diallo ‘’veuf de mère’’ au lieu d’orphelin de mère ce, a deux reprise. Déterminé à plaider non coupable, Maitre Alseny s’est évertué en maitre coranique ou imamou prêcheur. Les versets coranique se prononçaient dans tous les sens pour casser le moral du juge Ibrahima Kalil Diakité afin qu’il acquitte ‘’Grénade’’.

Le juge àépuisé a déclaré close l’audience du jour et a renvoyé le procès au 18 février 2019 pour la suite des plaidoiries des avocats et peut-être le verdict.

Mbella Diallo

LAISSER UN COMMENTAIRE