RABI SÈRA-SÈRA VEUT À TOUT CRI SE DISPUTER DANS L’ARRESTATION DES SYNDICALISTES 

0
904

 

RABI SÈRA-SÈRA VEUT À TOUT CRI SE DISPUTER DANS L’ARRESTATION DES SYNDICALISTES 
Après l’arrestation des syndicalistes au siège du Con-seuil Comique et Social samedi, Rabia Sèra-sèra a tenu à disculper son institution et sa personne de la complicité dont on l’accuse. Elle compte sévir contre les gens-drames qui ont arrêté les syndicalistes.
Pour rappel, lors d’une réunion entre les syndicalistes et le CES, des gendarmes ont atterri comme des brigands au piège du CES pour kidnapper les camarades qui y étaient. Sur tous les toits, la complicité de la Rabi est claironnée. Elle se dit n’être au courant de rien et même de leur présence en ce jour: « aucun de nous n’était informé. On n’avait pas le feedback et on ne savait pas pourquoi il fallait être là. On n’a pas convoqué une réunion. On n’a pas été complice pour les faire arrêter ». Y a quand même anguille sous roche. Sinon, qui leur a fait appel ce jour au CES, ou bien, ils (syndicalistes) sont venus d’eux-même pour se faire arrêter ? Vous n’allez pas écraser vos Mamou gbéngbé dans ma bouche dhô !!
A tout prix, à tout cri, elle veut se tirer d’affaire dans cette complicité qu’on lui colle. Elle se dit blanche comme neige: « d’abord, la veille, le vendredi, deux colonels étaient venus les arrêter parce qu’ils ont appris qu’ils étaient au Conseil Économique. Ils sont venus à mon bureau, je les ai dissuadés: vous ne les touchez pas. Si vous devez les arrêter, vous devez amener tous les conseillers avec vous », affirme-t-elle, pour trouver sa bonne foi.
L’ancienne actrice de la a crève de 2007 s’insurge contre ceux-là qui ont monté le coup fourré pour poser le fardeau sur son mouchoir de tête.  Elle compte donner des coups de tête à ces gens-drames à travers une plainte. « Nous ferons une déclaration; nous allons porter plainte contre les gendarmes qui ont arrêté les gens-là au niveau de l’institution. S’ils sont fautifs, nous ne savons pas, mais le fait est que l’institution doit être respectée. La démocratie doit être respectée en République de Guinée. Nous allons porter plainte parce que personne n’est au dessus de la loi », déclame la présidente du CES.
Le camp des syndicaliste du SLECG accuse, à tort ou à raison, la présidente du CES d’avoir ourdi leur arrestation. Rabi Sèra-sèra, de son côté, cherche à se disculper dans cette histoire de complicité. Mais bon ! Qui sait si ce n’est pas un faste pour se blanchir aux yeux de l’opinion. En toutes les cases, on attend la fuite de la plainte…

 

                                               Mbella Diallo

LAISSER UN COMMENTAIRE