Réaction des poli-tiques après la nomination de Paran

0
62
Mamadou Taran Diallo ministre de l'unité nationale et dela citoyenneté

Quelques semaines après la démission de Kalifa Gassama Diaby à la tête du sinistère de l’unité natio-male et de la citoyenneté, Mamadou Paran Diallo vient d’être parachuté par décret à sa place. Si la mouvance se réserve de tout commentaire et de jugement de valeur, Doftorou Fire Méli-mélo président du parti Bloc Libéral lui, reste dubitatif quant à la réussite du sinistre dans ce gouverne-ment. Mais, il lui souhaite tout de même ‘’bonne chance’’

Mamadou Taran Diallo, est un élément issu de la société (in)civile Condébilika. Pour le département de l’unité nationale et de la citoyenneté, il fallait quand même que ce soit quelqu’un qui ne soit dans aucun enclot politique, enfin officiellement. Körö-Condébili a vu juste et il a choisi Kôtô Taran-Paran. Là au moins, même si nul ne sait s’il va réussir là où Kawou Diaka a ‘’échoué’’ dit-on. En toute hypothèse, l’unanimité s’accorde sur le choix.

Sidiki Touré, chargé de communication du RPG arc en ciel

La nomination de Paran au minus-terre de l’unité nationale par Körö-Condébili, relève de « son pouvoir discrétionnaire, y a pas assez de commentaire autour de cela. Il est libre de designer n’importe quel guinéen à n’importe quel poste de responsabilité dans notre pays. S’il a eu une confiance et a nommé Taran Diallo au département aussi sensible que le département de l’unité nationale et de la citoyenneté dans notre pays, je pense que cette confiance doit être méritée.» lâche Sidiki Touré de la mouvance pestilentielle.

Faya Milimono président du parti Bloc Libéral

Doftorou Faya Méli-mélo par ailleurs se fait aucune illusion quant à la réussite du gouberrnement actuel. Il doute fort de voir Taran se démarquer des ‘’dinosaures’’ actuels au sein de l’équipe Don Casse-Casse. Pour lui « il faudrait qu’il ait le courage de rester guinéen et proche du peuple en faisant l’écho de la souffrance du peuple ».

Plus loin il sermonne le nouveau sinistre et émet son souhait. « Nous disons à Taran que son devoir à lui, c’est de rester attaché aux valeurs républicaines faute de quoi, il fera comme les autres et il sera frappé avec le même le fouet que les autres qui ont choisi l’intérêt personnel plutôt que l’intérêt général. Nous lui souhaitons bonne chance mais j’ai pas d’espoir par rapport au gouvernement qui est en place » tranche le pré-hésitant du Bloc Liberal.

Quand Kawou Diaka libère le fauteuil pour laisser place à son ‘’maitre’’ Moussé foulé, la mouvance et l’opposition ne peuvent que lui souhaiter bonne chance en attendant de le voir à l’œuvre. Qui de mieux qu’un maitre pour redresser le département son esclave qui a fui ses responsabilités. Sanakouyagal!

Mbella Diallo

LAISSER UN COMMENTAIRE