Retour sur la nuit de négoces ratée au palais du populo

0
141
Abdoulaye Sow et Aboubacar Soumah

Ç’a été une nuit infructueuse et traumatisante pour le SLECG. La signature du fameux protocole d’accord attendu par tous les Condébilikas entre les syndicaleux et le gout-bernement n’a pas été eu lieu dans la nuit du mercredi. L’USTG déçu du gout-bernement appelle à une crève gêné-râle et illimitée.

Jusque tard la nuit de mercredi, les gens-saignants ont attendu au palais du populo. Tous, la tête, remplie d’espoir de voir une sortie de crise à l’issue de la signature du protocole d’accord tant attendu. Finalement ils ont vu leur espoir s’écrouler tel un château de carte. Toutes les trois nuits d’affilée de négociations ont été vaines.

Abdoul’aïe Sot sécréteur gênant de l’USTG et facilitateur dans la crise, au visage déséquilibré, est déçu du comportement du gouvernement. « Nous avons le visage triste par ce que nous avons honte pour notre pays. Nous avons pensé que l’avenir de nos enfant préoccupe chaque guinéen, à plus forte raison le gouvernement par ce que tout ce que nous faisons, c’est pour l’avenir de notre pays. Il y a de cela quatre jours nous commençons le matin nous finissons  à minuit. Nous avons lâché de lest. Nous avons revu nos prétentions à la baisse par ce qu’il s’agit d’une négociation. Nous avons accepté de sortir du cadre de 8. Millions pour que nous puissions trouver des solutions à ce niveau pour ne pas que l’avenir de nos enfants soit perturbé ». Hélas ! Le gouvernement a mis son pied dans le plat des syndicaleux. Les cadres qui ne vivent que des crises ont eu raison sur les négociateurs en l’occurrence le P’tit Hibou.

Dans la grande salle du palais, la tension était très vive. Trois jours, les gars n’ont pas dormi. Les neurones sont en érection. Ils comptent alors montrer leur rage aux auto-risés.  Abdoul’aïe Sot durci le ton. « A tous les travailleurs épris de paix, qui ont le souci de l’avenir de nos enfants de se lever pour qu’on puisse résoudre ce problème. A Toutes les structures de l’USTG, le mouvement syndicale guinéen de se lever pour une grève générale et limitée » largue le secrétaire gênant de l’USTG.

Par ailleurs Aboubacar Soumah a appelé tous les gens-saignant et parents d’élèves à faire des marches dans le bled pour exiger la réouverture des classes. Un appel qui ne semble guère préoccuper Don Casse-Casse et ses gars.

Les gens-saignants ont quitté dans la nuit tardive le palais du peuple, le cœur rempli de  colère et de déception.

Mbelle Diallo

LAISSER UN COMMENTAIRE