Le SLECG tient toujours tête au gou-bernement.

0
521
Au tour de la table de négociation : Gouvernement-SLECG

A l’absence du ‘’Rebelle’’ Abouba-car Sous-mât, les négociations entre la délégation du gou-bernement et les crévistes du SLECG, se sont poursuivies ce jeudi 1er mars. A huis clos les discussions se sont déroulées et au aucun dénouement de la crise ne pointe à l’horizon.

Après plusieurs heures cloitrés dans la salle des actes du palais populo, le comité de négociation du gou-bernement et la bande d’Abouba-car Sous-mât sont sortis les mains vides. Aucune issue favorable encore en cette deuxième journée. Un papotage inutile, sans résul-tards satisfaisants.

Le médi-acteur de la République qui a piloté cette deuxième journée de négociation, apparemment furieux déclare « les syndicalistes vont se retrouver à la base pour rendre compte et avoir d’autres instructions. Les membres du gouvernement aussi vont aller rendre compte. Nous nous promettons de se retrouver pour continuer les travaux ». Momo Sai-doux s’éclipse aussitôt.

Sur le même sujet: À peine ouvertes, les négociations butent…

La position des syndicalistes n’a pas bougé. Même si le ciel rejoint la terre, ils ne vont pas céder, même d’un iota sur le payement des 40% avec effet rétroactif. Oumar Tounkara, deuxième sécréteur Gêné-râle du SLECG, scande à voix haute et à qui veut l’entendre, qu’ « en ce qui concerne le point le plus important, c’est-à-dire les 40%, les enseignants et enseignantes de Guinée, me chargent de vous dire que les 40% ne sont pas négociables. Pour que nous rentrions en classe, il faudrait absolument que nous les ayons ». C’est limpide et clair comme l’eau de roche. A bon entendeur salut.

Les syndicalistes sont des durs à cuire. Tant que les revendications ne sont pas satisfaites, la machine de la grève reste en mouvement. Quant à la poursuite des négociations, elle reste pour l’instant au point mort. Pas de programme de rencontre défini.

Mbella Diallo

LAISSER UN COMMENTAIRE