SLECG version Bouba Soûmè: plus motivé que jamais

0
332
Aboubacar Soumah secrétaire général du SLECG

SLECG version Bouba Soûmè: plus motivé que jamais

Malgré le con-muniqué du gou-bernement qui fait état de la suce-pendre du salaire des gens-saignants crévistes  pour le mois de février, le SLECG version Abouba-Car Soûmè a quand même continué sa crève déclenchée le 12 février dernier . Pour eux, cette décision est une intimida-chiens  qui n’affectera en rien le mot d’ordre de crève. 

«Pour nous, c’est une intimida-chions, une menace fallacieuse qui n’affectera pas le mot d’ordre de grève. Nous irons jusqu’au bout, jusqu’à l’obtention totale de nos différents points de revendications donc nous le prenons du revers du main. Pour nous c’est un non évènement», explique Momo Banc-goura, premier sécréteur à la paresse et à la documenta-chions du SLECG. Cette déclara-chions fait suite à un con-muniqué diffusé dimanche sur les antennes de la télé bidon nationale ; il est mention dans ce con-uniqué que les gens-saignants crévistes qui continuent d’observer cette crève ne percevront pas leur salaire au compte du mois de février. Est-ce une manière de les faire chanter ?

Le SLECG ne se dit pourtant pas découragé puis que le mot d’ordre est suivi par plusieurs gens-saignants. «c’est un sentiment de motivation qui nous anime aujourd’hui» précise le sécréteur. Le SLECG version Abouba-Car Soûmè poursuit en expliquant que leurs revendications qui tournent autour de quatre poings doivent être acceptés pour une négociation. «Nous avons demandé premièrement la levée de la suspension du camarade Aboubacar Soumah. Deuxièmement le paiement intégral des 40% de la valeur du point d’indice. Troisièmement, un salaire de base de 8 millions de nos francs. Il n’est pas dit  forcément que nous allons nous anéantir sur les 8 millions. Nous demandons seulement un salaire de base pour l’éducation. La part des choses sera faite à partir de la hiérarchie et l’ancienneté qui sera aussi pris en compte par la nouvelle grille salariale. Le dernier point est la reconnaissance du bureau exécutif national du SLECG », ajouté Momo Banc-goura.

Ce lundi a prouvé selon plusieurs personnes que Soûmè et son camp sont les représentants légitimes des gens-saignants du bled. Parce qu’il n’y pas eu cours dans les écoles publiques et certaines écoles privées.

Couine Élisa-bête 

LAISSER UN COMMENTAIRE