SUR LE KIRAH, LES STUDIOS DES CONTEURS 

0
320

Le  coin des conteurs  a été lancé ce jeudi 03 mai aux studios Kirah à la minière. Désormais cette soirée de conte se fera une ou deux fois par mois. Une initiative du conteur et comédien Moussa Doulbouya alias Petit Ponton.

Dès votre arrivée au portail, vous êtes accueillis par des sofas. Vous entrez dans la cour, l’odeur de l’encens et du lafidi qui cuit sur un feu de bois vous dit bienvenu. Des jeunes dames habillées en pagnes traditionnels vous guident. Vous marchez jusqu’à la place des spectateurs et là vous vous asseyez sur des nattes posées par terre, si vous le souhaitez, vous vous adossez à des superbes coussins posés sur les nattes. Tout y est pour que vous vous sentiez en Afrique traditionnelle. Pas cette Afrique occidentalisée et orientalisée que nous connaissons. Une fois assis, on vous sert du bon bissap ( jus à base de fleurs d’hibiscus) ou djindjan( jus de gingembre) dans une petite calebasse. Pas de verre, sauf si vous en réclamez. La soirée de conte commence. Vous êtes au coin des conteurs dans les studios Kirah.

http://guineedecalee.com/petit-tonton-ptit-ponton-theatre-conte/

Petit Ponton est l’initiateur « c’est un espace où des conteurs peuvent venir partager des contes avec un public dans un espace traditionnel. Là on essaie de recréer l’ambiance des contes au village par ce qu’on a perdu ça. Histoire de faire découvrir à ceux qui ne connaissent pas mais aussi faire revivre à ceux qui ont connu ça à leur enfance ».

Des spectateurs collés aux lèvres des conteurs

Au son des castagnettes, djembé, balafon, Petit Ponton conte l’histoire d’un petit garçon acheté par une méchante dame appelée la dame aux chats. Vous voulez connaitre la suite de l’histoire ? Ce n’est certainement pas ici. Allez au prochain coin des auteurs. Faut pas fâcher hein. Nous samiser. Plusieurs conteurs se relaient et conte chacun une histoire de son choix qui au final contient une leçon de morale  « l’objectif visé c’est que les gens reprennent l’habitude des contes. Que les gens mettent dans leur programme ; oui tel jour, tel moment on peut aller écouter des contes comme on écouterait des contes au village. Le conte est un des piliers de notre tradition »

Des conteurs racontant une histoire

Pérenniser ce coin des conteurs reste le gros défi. Pour l’instant il se fait sur fonds propres des comédiens. Ils mettent les mains à la poche en attendant d’avoir un financement «  j’ai envoyé un courrier pour informer le ministère de la culture du ancement de ce projet. Aujourd’hui les gens  n’achètent plus les projets sur papier. Ils veulent voir d’abord avant de trouver ce qui les intéresse dedans. Donc c’est pour ça qu’on s’est dit-on va le faire quand même. Faire des images et tout ce qu’il faut pour ensuite mettre dans le dossier et essayer de vendre ». Mais sur place, une calebasse est passée et les spectateurs y ont déposé des sous.

L’avis d’un spectateur fidèle à la tradition de farafina 

Qui de mieux pour livrer ses sentiments après ce spectacle que le fameux Mikhindé. Il est tout simplement séduit mais « y a pas plus grand moyen d’éducation que l’art. Ce n’est pas pour rien que nos ancêtres passaient toujours par l’art. Autrement dit le conte pour éduquer, pour forger le paradigme de la société. Le piège qui peut être dedans, c’est un peu qu’on ne folklorise nos cultures. Qu’on ne reste seulement qu’à la surface. C’est-à-dire qu’on ne vive notre culture que seulement dans les spectacles. Pourtant la culture ce n’est pas quelque chose à exposer, ce n’est pas quelque chose à vendre. C’est quelque chose à vivre. Ce qu’ils sont entrain de reproduire là, est ce que dans la vie courante, les gens vivent ces réalités ? »

http://guineedecalee.com/886-2/

Petit Ponton envisage passer dans les ménages pour faire des contes. L’opération s’appellera le conte chez l’habitant à l’image du Burkina Faso où cela se fait. Un coin des conteurs pour les enfants se fera aussi dès ce samedi pour les mômes. A la  fin du spectacle, on a bombardé le barabarai marakhoulanyi et on est rentré le ventre, la tête et le cœur joyeux.

Diami-latouuri 

LAISSER UN COMMENTAIRE