USTG: Un syndi-cas scindé en deux morceaux

0
207

Le congrès de l’USTG tenu du 25 au 27 octobre à Mamou a accouché de deux factions au sein de la centrale. Le clan du bureau élu à l’issue du congrès et le bataclan de Louis M’bemba Soumah secrétaire général sortant qui ne veut os sortir. Le camp du nouveau bureau se réclame légitime et compte poursuive Louis M’bemba et Cie en justice pour malversation financière.

La bande à Louis M’bemba Soumah clame partout l’illégitimité du bureau élu de l’USTG au 6eme congrès qui s’est déroulé à Mamou en son absence en tant que secrétaire gênant sortant. En réponse à cette réaction, le bureau élu s’est fendu de preuves sur la légalité et la légitimité du congrès. « Tous les communiqués et toutes les lettres (pour la tenue du congrès ndlr) ont été signés par le secrétaire générale sortant. En suite, la légitimité vient du fait que tous ceux qui sont convoqués congressistes ont répondu à l’exception de cinq ou six qui n’ont pas fait le déplacement. Quand vous faites un congrès vous avez besoin d’un arbitre, l’arbitre c’est l’inspection générale du travail. Le ministre a désigné l’inspecteur général de Mamou et de Labé qui sont venu pour assister et on a avait invité un huissier de justice qui a suivi le congrès du début à la fin. Il y avait également de la légitimité du fait que le quorum était largement atteint. Sur les 109 congressistes convoqués, y a eu 97 présents» énumère Maurice Togbavogui 1er Secrétaire adjoint du bureau entrant de l’USTG ».

Les membres du bureau entrant accusent Louis M’bemba soumah et Cie de détournement de fonds de la centrale syndicale. A les croire, ces derniers ont refusé d’assister au congrès de Mamou du fait qu’ils n’avaient pas de bilan financier assorti des pièces justificatives à présenter aux congressistes. « La subvention de 364 millions est payée en l’espèce par le ministère du travail par semestre. Et quand c’est payé, Louis M’bemba vient verser 200 millions sans faire le compte rendu. Les 164 millions ils se partagent. Ce n’est pas du détournement cela ? Et aucun membre n’est informé de ce qui se passe dans les opérations effectuée. » A cet égard « le bureau exécutif mis en place va poursuivre les trois camarades ; Louis M’bemba Soumat en tant que ordonnateur des fonds et en tant que gestionnaire la camarade Mariama Dalada Bah et Abdoulaye Sow (FESABAG nldr) par ce que on a constaté qu’ils ont fait des opérations en désordre donc ils vont rendre compte » promet d’un ton sévère Maurice Togbavogui.

Deux factions naissent au sein du l’Union Syndicale des Travailleurs de Guinée (USTG). Chacune se réclame légitime et légale. Qui de la bande de Louis M’bemba Soumah ou du nouveau bureau élu au congrès de mamou va remporter la bataille ? On verra!

Mbella Diallo

LAISSER UN COMMENTAIRE