Les zozo-causants vont encore zigouiller con-à-cris.

0
643
compte rendu de la plénière de l'opposition lu par Makanera Kaké

L’oppo-succion Kondébilika n’en démord pas. Elle est loin d’être fatiguée d’aspirer du gaz lacrymogène. Au sortir d’une play-niais tenue au QG de l’UF-Dê-Gué, les opposants comptent prendre d’assaut les rues de con-à-cris pour des mani-fesse-tensions interminables à partir de la semaine prochaine.

Longtemps cloitrés dans la salle de réunion, les zozo-causants Kondébilikas sont sortis quelques poings décisifs en main. A l’entame du compte rendu de la play-niais, par la voix du caqueteur par circonstance, ils ont bisouté les nounous en guise de remerciement pour la marche qu’elles ont tenue mercredi le 07 mars, veille de la four-née internationale de la femme.

Les zozo-causants à leur tour aussi décident de battre le pavé et envahir les rues de tout le bled pour encore et toujours protester contre les résult-tards des sélections de février. « Nous reprenons nos séries de manifestations. A partir du lundi 12 mars 2018, nous allons les entamer avec une journée ville morte et suivra, à partir du mercredi 14 mars, des manifestations à Conakry et partout à l’intérieur du pays »» à caqueter Makaréna le caqueteur.

A LIRE AUSSI : Con-à-cris à moitié morte

Actualité oblige. Les zozo-causants ont aussi effleuré le problème qui frappe de plein fouet les fesses du système éducatif du bled. Sur tous les toits, le Gou-bernement clame « qu’il n’y en a pas suffisamment pour payer la revendication des enseignants. Ce qui est absolument faux. Si Alpha Condé réduisait même la moitié de ses voyages, le problème serait réglé » estime le porte carotte occasionnel de l’oppo-succion.
L’ouragan de manifes-tensions commence à secouer le pourboire de Körö-kondébilii. De tous les côtés, des revendications sociales et poly-tiques montent crescendo. Lundi donc, Guelloun Radin et ses pairs comptent zigouiller la ville. À la mitrailleuse ou au couteau, on le saura.

Tidiane Diallo

LAISSER UN COMMENTAIRE