«1 million et demi de fictifs sur les six millions d’électeurs que compte le fichier électorale »

0

La commission électorale nationale (in) dépendante a rencontré ce vendredi 22 mars la convergence de l’opposition démocratique (COD). L’objectif a été de papoter autour des questions liées au processus électoral. Des plaidoyers et recommandations ont été formulés par les parties.

Cette rencontre de concertation a réuni les cons-misérables de la CENI et les partis poli-piques groupés au sein de la COD. Dans un débat ouvert et large, le papotage a tourné autour des points qui sont entre autres : la gestion des recommandations de l’audit du fichier ; l’utilisation des nouvelles technologies dans le processus électoral…

Les acteurs politiques sont tous d’accord sur le point concernant le fichier électoral. Ils ont clamé tous à la fois l’existence des fictifs dans le fichier. Pour l’UFR il faut un contrôle physique des électeurs pour mettre au rebut les fictifs. « Il faut quand même la révision du fichier qui comporte un million et demi de fictifs sur les six millions. Où est-ce que et à quel moment la révision se fera pour que chacun vienne apposer son empreinte sur la machine pour nous assurer de la présence effective des électeurs dans un fichier acceptable de tous » souligne Mengué Dounké.

Sidya Touré président de l’UFR

Sur la question liée à l’utilisation de la technologie, il faut dire que certains partis politiques ont une trouille bleue qui grouille dans leur ventre. D’aucuns pensent que les TIC vont causer assez de fraude dans le processus électoral. D’autres estiment que la technologie dans les élections ne relève pas du cadre légal au regard du code électo-râle.

Pour maitre Sali-pou Bébé, « nous voulons être au même niveau que les autres pays. Que nous puissions utiliser la technologie de façon consensuelle qui offre toutes les garanties possible dans les élections et cela peut se faire quand nous en discutons. Les élections sont de plus en plus dématérialiser. La rapidité avec laquelle le grand Nigéria a produit ses résultats est issue de l’utilisation de cette technologie. Il faudrait tout simplement que nous étudiions la possibilité d’un système et de s’offrir toutes les garanties. S’il faut faire venir un opérateur spécialement pour cela et qui a une réputation internationale dans ce domaine, nous le ferons » lâche le président de la CENI

A l’issue de ces rencontres de la CENI avec les acteurs du processus électorale, l’institution en charge des sélections à Condébilidougou compte organiser une retraite à Kindia. À ce niveau il sera question de la programmation des sélections. Les membres du RPG arc-en-fiel étaient attendus dans l’après-midi, mais ils se sont excusés à la dernière minute, disant qu’ils se plieraient à l’exercice mardi prochain.

Mbella Diallo

LAISSER UN COMMENTAIRE