Arts et métiers: l’illustration, un art utile au cachot de l’ombre

0
Une autre forme d’expression, de communication captivante et explicite, l’illustration reste un art méconnu du grand public à Condébilidougou. Souffrant  d’un manque criard de visibilité par l’absence  de plates-formes d’expressions indispensables à son essor, il peut  cependant  jouer un rôle important  dans le progrès socio-économique du bled. Pour cela, il faut que les dirigeants donnent de l’importance à ce métier.

En tant que  branche des beaux arts, l’illustration est un art représentatif assez expressif qui utilise des images(dessins) accompagnés  de petits textes afin de relater une histoire, critiquer un fait, véhiculer des messages sur divers sujets.

Mélangeant littérature, dessins et humour ,  cet-art est un outil précieux dans divers domaines. « L’illustration peut servir dans la presse  comme le fait oscar dans certains journaux  à travers ses caricatures. Les tous petits étant plus attirés par les images, elle peut également jouer un grand rôle dans leur éducation à partir de livres didactiques fait à base d’illustrations. Elle est encore plus sensible et plus  efficace dans la dénonciation, la défense des droits humains ou la  sensibilisation sur des problèmes  comme l’immigration clandestine, l’insalubrité… » dit Mamadou saliou DIALLO illustrateur.

Utilisable aussi dans la communication à travers les panneaux publicitaires, cet illustrateur estime que face à une jeunesse peu intéressée par la lecture, l’illustration peut aussi servir de moyen d’incitation et de transmission des savoirs. Malgré tous ses avantages, elle reste coincé sous les verrous de l’ombre déplore cet autre illustrateur : « 9 Guinéens sur 10 vous diront malheureusement qu’ils connaissent pas l’illustration. Même l’Institut où est enseigné cet art n’est pas tellement connu. En Guinée, les gens accordent  peu d’importance à l’art et c’est vraiment déplorable » soutient Alya CAMARA.

Pour sortir  cet art représentatif de l’ombre  et bénéficier de ses biens fait, les illustrateurs sollicitent l’implication de l’État en outillant les étudiants illustrateurs comme il le faut, organiser des ateliers d’échange et de partage, faire des expositions en associant la presse bref, élaborer une véritable politique de promotion.

                   Morlaye KEITA

LAISSER UN COMMENTAIRE