Banques et assurances : En crève ou en marche ? on le saura ce soir au sortir des négocia-chions.

0

Banques et assurances : En crève ou en marche ? on le  saura ce soir au sortir des négocia-chions.

Fin du mois, mois de ramadan à l’horizon, les travailleurs de  banques choisissent cette période pour contraindre les patrons à des négociations . Franchement,  ils n’auraient pas trouvé meilleur moment.  Ironie, l’arbitre n’est autre que la Banque Centrale. Les lignes n’ont pas bougé et la crève pourrait commencer ce soir. Net!

Onze points de révendications sont sur la table des négociations . Pas moins. Aucun n’est satisfait à en croire Abdoulaye le Sot Sécréteur de la FAISABAG. Foutaises, selon les travailleurs.  Le syndicat veut une auguementation de 30%. Les patrons acceptent jusqu’à 13, puis 15% (ils ont intérêt). Vers la fin de la soirée de ce lundi, le gou-berneur aurait proposé aux syndicats de continuer le taf.En contre partie, il contraint les patrons des banques à augmenter jusqu’en 23%. On verra qui aura le dernier mot. Négociera bien qui dégainera le dernier.

Les syndicats proposent alors de retourner à la base pour une (dés)information gênée-râle et rien de plus normale que connaître l’avis des travailleurs. Ce qui fut fait. A la Course du Travail,  le ton monte, l’appétit aiguisé, rejet de la prosposition, refus caté-gorique de reprendre le taf avant la satisfaction de tous les points. Un poing c’est tout.

Entretien, sensibilsation entre syndiacats et travailleurs. La raison remporte sur la passion. Les travailleurs ont finalement accepté de retourner et ouvrir les bureaux et servir la clientèle.  Donc, si vous devez récupérer une cagnotte, courez vite parce qu’on ne sait pas ce qui va se passer le soir et à quel guichet on sera bouffé demain. Si l’arbitre BCRG ne réussit pas sa mission, les banques mettront cadenas aux portes. A bon entendeur, pas du tout chahut!

 

                                    Djamithianguel

LAISSER UN COMMENTAIRE