BIEN-BÉNIE AU PAYS ET TABARA POUR TOI LÂCHEMENT ASSASSINÉE

0

BIEN-BÉNIE AU PAYS ET TABARA POUR TOI LÂCHEMENT ASSASSINÉE

Oumou Tabara Diallo a été inhumée ce dimanche à con-à-cris. La jeune dame kondebilika de 25 ans a été poignardée puis enterrée dans son jardin par son époux il ya quelques semaines, à Lièges en Belgique. Une foule compacte lui a rendu hommage à la moche-queue de Simbaya gare avant son inhumation. 

Le corps d’Oumou Tabara Diallo  a été rapatrié dans la nuit de samedi à dimanche à con-à-cris. La jeune mère de deux enfants a été tuée il y a moins d’un mois à Lièges en Belle-Jupe, ville dans laquelle elle vivait avec son mari et assassin, et ses deux enfants dont le dernier a moins de sept mois. Une foule déchirée entre douleur et colère l’a accompagnée ce dimanche à sa dernière demeure. A la moche-queue de simbaya gare dans la commune de rateu-mât où a eu lieu la prière funèbre, parents, amis, connaissances et des sympathisants de la famille suite à ce drame étaient présents, consternés. Parmi la foule, le père d’Oumou Tabara. Un homme meurtri mais fort. «  J’ai donné ma fille en mariage au fils de mon ami. Je n’ai jamais appris qu’il y avait le moindre problème dans leur couple. Dieu en a décidé ainsi, je m’en remets à lui. Je prie tout le monde d’en faire autant » témoigne Elhadj Alpha Amadou Diallo

Une délégation de quatre personnes venant de la Belgique a raccompagné le corps. Baldé Sadio président de l’association de Dalaba (la défunte était originaire de la préfecture de Dalaba) en Belgique, donne des détails sur l’enquête « les enquêteurs sont sur la situation. On n’a pas tous les résultat d’abord. Son mari a été arrêté par la police belge depuis que le corps a été retrouvé »

A relire:  http://guineedecalee.com/petits-meurtres-entre-couples-haa-mouussa-yero/

Honora-boule Ali-mouille Codé, un ami de la famille déclare « nous sommes choqués par ce qui est arrivé et nous en souffrons tous dans notre chair. C’est atroce. Nous prions pour le repos de l’âme de notre sœur et nous souhaitons que justice soit rendue ».

Quel sort pour les deux mômes de cette énième victime de vie-aux-lances conjugales? Leur grand-père rassure : « les enfants sont avec une sœur de mon épouse qui vit là-bas en Belgique. On ne sait pas encore ce qui va arriver mais on fera tout pour que les enfants soient élevés dans notre famille, dans un environnement guinéen. L’Etat belge nous a dit que si on ne se mettait pas d’accord, il nous prendrait les enfants. Mais par la grâce de Dieu, ça n’arrivera pas.  Nous demandons à l’Etat guinéen de nous aider à garder les enfants ».

Pour l’ instant, aucun représentant du gou-vainement ne les a contactés. Pas le minust’erre des affaires sociales  encore moins celui des affaires étranges. Mais à vrai dire , c’est le contraire qui nous aurait étonnés.

Diami-latouuri 

LAISSER UN COMMENTAIRE