Billet retour à Dar-es-Salam, un an après l’éboulement

0

C’était un 22 aout, la plus grande montage d’ordures de Con-à-cris s’écroulait sur les riverains de Dar-es-Salam dans la commune de rateau-mât, faisant une dizaine de morts. Un peu plus d’un an, les rescapés de l’éboulement sont toujours sur place et cohabitent avec les ordures car n’ayant pas ou fourrer le nez.

Aucune crainte d’un autre éboulement sur leurs visages. Un peu plus d’un an après l’écroulement de cette décharge qui a volé des âmes en plein hivernage, la date est passée inaperçue aux yeux du goût-bernement. Un riverain qui rôde autour de la décharge déplore. « Normalement chaque 22 août, l’État doit penser à nous les victimes. Nous apporter du soutien financier et autre. Faire des sacrifices. Mais malheureusement il s’en fout.  De toutes les façons ce que nous voulons, c’est qu’on fasse quitter cette décharge à coté de nous » largue ce riverain.

Après le drame, une nécessité de déguerpissement s’est imposée pour éviter un autre scénario similaire. Pour ce faire, l’État a débloqué un peu de pognon pour dégommer les riverains afin qu’ils libèrent les lieux et laissent places aux ordures. Chaque concessionnaire, 20 millions de franc gluants comme du gombo. La somme est dérisoire. « L’argent proposé est petit pour chaque concession. Nous voulons que l’État augmente un peu plus pour qu’au moins chaque concessionnaire puisse avoir un bâtiment ailleurs, à défaut nous demandons que les ordures quittent ici » soutient ce chef de concession à proximité de la décharge.

http://guineedecalee.com/20-millions-de-francs-gluants-pour-chaque-famille-voisine-du-depotoir-de-dar-es-salam/

Ils sont toujours sur les lieux. Les riverains de la décharge de Dar-es-Salam ne sont pas encore prêts à quitter leurs voisins privilégiés (les ordures ndlr). Drôle de voisinage. Exceptionnellement ils (habitant et ordures) s’aiment d’un amour fou. Genre, à la Roméo et Juliette. Pour cette année aucune crainte d’éboulement ne se lit sur le visage des riverains. « L’année passée c’est par ce que les machines ont trop poussé les ordures vers les concessions qu’il y a eu le drame. Cette année ils ne l’ont pas fait. Donc y a aucun risque » déclare Ibrahima Diallo.

http://guineedecalee.com/dar-es-salam-les-habitants-attendent-le-deguerpissement-avec-inquietude/

Août, mois pendant lequel la montagne d’ordure s’est effondrée s’en va cette année sans conséquences. Tout le bruit qu’il y a eu autour du déguerpissement, l’État peine à faire quoi que ce soit. D’ailleurs, au lieu de déloger les gens et si l’État délocalisait la décharge ? En attendant, ces habitants sont bercés chaque soir par ces immondices.

Mbella Diallo

LAISSER UN COMMENTAIRE