BRODEQUINS POUR UN CANCAN DE GANGAN ET SES FANTASSINS

0

 

BRODEQUINS POUR UN CANCAN DE GANGAN ET SES FANTASSINS
Tout est parti de la poro-para-gâchions d’une rumeur faisant étal de la mort de Körö-kondébilii. Ce sont les propos d’une émission de feu Alsény Duplex Sylla qui ont été mal interprétés par de petites gens. On a compris, il est éternel, mais libérez nos con-frères. Plusieurs journaleux du groupe Gangan avaient alors été interpélés puis relâchés, mais l’administrateur du groupe de médias Aboubacar Cas-marrant était cenmardi encore au PM3 de Mâmatam. Des journaleux qui étaient allés le soutenir y ont été brutalisés. L’acharnement que connaissent les journaleux du groupe Gangan depuis dimanche ne laisse pas indifférent. Mama-dit-le-Caba de l’INIDH condamne, selon ses propres termes, l’arrestation arbitraire de nos con-frères de Gangan. Il qualifie ce mardi de jour noir: « nous condamnons avec énergie cette brutalité utilisée contre la presse. C’est un recul de la liberté de la presse. C’est vraiment une déception, c’est une humiliation, c’ est un jour triste, c’est un jour noir ».
Le président de l’INIDH est ferme; il demande la libération du journaliste encore en détention: « nous devons travailler ensemble pour faire en sorte que les forces de l’ordre qui sont impliquées dans les violences contre les journalistes soient poursuivies et punies confdormément à la loi. Ce sont des violences qui ne se justifient pas. Des poursuites doivent être engagées ».
Le Caba des doigts humains ne s’arrête pas là. Il « exhorte  » les journaleux tabassés à porter plainte: « les journalistes victimes de violence doivent porter plainte. Je pense aussi que les organisations de presse doivent agir pour défendre la liberté de la presse pour que l’Etat comprenne qu’il y a des limites à ne pas franchir. Vraiment ces limites ont été franchies aujourd’hui et je suis vraiment triste ».
Depuis le début de ces violences, aucune déclaration du gou-vainement. Silence radio du côté de la HAC également.  Serait-elle dans une sorte de complicité avec les bourreaux de la presse? L’avenir nous édifiera.
                                      Djamithianguel

 

LAISSER UN COMMENTAIRE