Cour suprême incompétente, Maitre Béa crie à la victoire

0

La cour suprême vient de se prononcer sur le recours introduit par Calé-modou Yansané candidat UF-Dê-Gué de mat-toto  qui conteste la décision du sinistre de l’administration du trottoir de reprendre la sélection du maire dans cette commune de la capitale.

L’UF-Dê-Gué avait introduit le 15 décembre un recours à la cour suprême s’attaquant ainsi à la décision du boulet mal Codé d’annuler la sélection du maire de matoto et de la reprendre. Après plusieurs heures d’ébats houleux, la cour s’est dit incompétente sur le fond. Le recours est certes recevable, mais elle ne peut pas se prononcer là-dessus. Quand l’affaire est trop sérieuse, hors de question de se prononcer sinon on risque de se faire couper la tête.  Elle renvoie les deux parties à mieux se pourvoir.

L’avocat de Calé-modou Yansané s’est prononcé. Maitre Sali-pou Béa-doguit estime que son client est déjà maire « la cour suprême a estimé que la décision du ministre de l’administration du territoire est nulle et de nul effet. Le processus doit continuer avec l’élection de ses adjoints puisqu’il n’y a aucun recours devant le tribunal de première instance de Mafanco dans les délais requis ». Qui est fou? Soloment le fou. S’il est maire, il n’a qu’à aller s’installer et être le voisin des gris-gris.

Maitre Joachin Gbilimou, avocat du sinistre de l’administration du trottoir a une autre opinion « La Cour Suprême a dit le droit dans ce dossier. Il faut préciser que les élections qui se sont déroulées à la commune de Matoto et celles des conseils communaux sont indissociables. Les faits imputés au ministre se rapportent effectivement aux élections communales. Donc, ils sont indissociables. Conformément à l’article 114 du Code électoral, le contentieux électoral est du ressort du TPI (Tribunal de Première Instance) du lieu où les faits sont survenus. Étant dans la juridiction du TPI de Mafanco, on devrait saisir ce Tribunal et non la Cour Suprême ». Nous vous écoutons pour la suite de cette affaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE