PAS DE CARTES ÉLECTO-RÂLES POUR BAH, BARRY, DIALLO, SOW?

0

PAS DE CARTES ÉLECTO-RÂLES POUR BAH, BARRY, DIALLO, SOW?

L’as-semblé géné-râle de l’UF-Dê-Gué s’est tenue ce samedi 6 janvier, sous le gros hangar torride bourré de mini-dents et Res-con-sables poly-tiques.  La question des préparatifs des sélections communales du 4 février, a caractérisé le brouhaha du gosse du parti Guélloun Radin.

L’UF-Dê-Gué a candidaté dans plusieurs circonscriptions électo-râles du bled. Elle  compte engager une bataille sans merci contre ses adversaires dans beaucoup de communes de Kondéblidougou.

Guélloun Radin déclare « Notre parti est candidat dans 325 communes sur 342, des listes ont été constituées et les gens se sont mobilisés. Et croyez-moi que nos adversaires seront surpris. Même hier j’étais en train de parler avec des têtes de liste à l’intérieur du pays, en haute guinée, en forêt. Je sens la détermination et l’engouement de l’UFDG par ce que beaucoup ont compris  que la seule alternative à ce régime corrompu est l’UFDG ».

Guélloun Radin s’apitoie sur des fraudes que son parti a subi lors des sélections passées. Il exhibe les techniques de fraude habituelle du pouvoir « Vous savez l’UFDG fait l’objet d’attaques pendant cette phase. Ce que le pouvoir a l’habitude de faire c’est de soustraire des cartes des gens supposés être de l’UFDG, par ce qu’ils sont Diallo, Bah, Barry ou Sow pour que ceux-ci ne puissent pas disposer de leurs cartes, donc de voter. Ça réduit le score de notre parti ». déplore KÖTÖ.  .

Aux grands maux, les grands remèdes. C’est pour quoi KÖTÖ  demande à ses mini-dents « de rester mobilisés et vigilants et faire en sorte que tous les citoyens disposent de leurs cartes afin de pouvoir voter » exhorte -t-il  ses mini-debts suspendus à ses lèvres.

Des mini-dents transfuges, des nouveaux mouvements de soutien-gorge ont rejoint les rangs de l’UF-Dê-Gué pour profiter du petit baobab à l’occasion des sélections communales. Même Baba Alimou est revenu à l’UF-Dê-Gué. Anga sagati! Ah politique! Plus de détails à venir.

Mbella Diallo

LAISSER UN COMMENTAIRE