Déguerpissement : le CNOSC accusé d’escroquerie

0
Des membres du collectif des victimes de kaporo-rails, kipé 2

Le collectif des déguerpis de Kaporo-Rails, Kipé 2 et Dimess s’est fendu d’une déclaration ce samedi 20 avril. Il a apporté un démenti formel sur un mémorandum en son nom au minus-terre de l’unité nationale et de la citoyenneté.

L’acte s’est passé le 11 avril dernier. Des organisations de la société (in) civile, notamment le Conseil Régionale des Organisations la Société civile et le CNOSC, ont fait un plaidoyer en faveur des victimes de Casse de Kaporo et Kipé 2. A l’occasion de la présentation du memo, des membres ‘’fantômes’’ du collectif des victimes ont été présentés « nous dénonçons cette manière de faire » condamne d’entrée le collectif.

Selon le collectif, à la page 5 du memo, il est dit dans la méthodologie de travail qu’une équipe d’enquêteurs a été déployée auprès des déguerpis. « Nous insistons sur le fait que les victimes n’ont pas été associées ni de près ni de loin à ce travail. En outre, les chiffres fournis ne sont plus d’actualité. Ils sont caducs, ce qui démontre que les rédacteurs du mémorandum n’ont pas travaillé avec les personnes concernées ». Ce sont des personnes tierces qui veulent s’enrichir sur le dos des victimes selon celles-ci.

Pour sa part le collectif des déguerpis donne les vrais statistiques des dommages causés aux habitants de Kaporo-rails, Kipé 2 et Dimesse. « Les familles dont les maisons ont été cassées sont au nombre de 1.204 ; les personnes impactées au nombre 19.219 ; les maisons détruites sont 1.769 dont 2.299 villas ; étages 14 ; annexes 466. Elèves impactés 3.641 pour 13 écoles… 12 mosquées et 2 églises ».

Les déguerpis de Kaporo-Rails, Kipé 2 et Dimesse disent qu’ils se foutent de toute aide « venant d’un gouvernement qui a bafoué notre dignité tout simplement par ce qu’il se sent fort ».

Mbella Diallo

LAISSER UN COMMENTAIRE