Des plateformes de la société (in) civile font porter leur soutien-gorge à la paresse

0

Deux organisations de la société (in) civile du bled se sont fendues d’une déclaration ce lundi 2 septembre en guise d’apport de soutiens-gorge à la paresse Condébilika qui souffre le martyr. Il s’agit de la Plateforme des jeunes leaders de l’axe pour la démocratie et le développement (PJDD) et la coalition nationale pour la paix en Guinée (CNPG).

Ces deux organisations regrettent les cas de violations de la liberté de gueuler à Condébilidougou. L’ »incrimination » de l’émission œil de Lynx et la mise sous contrôle judiciaire d’Aboubakr et du doyen Souleymane Diallo(qui a été levée), en sont des cas parmi tant d’autres qui ont taraudé l’esprit des gars du PJDD et la CNPG. « Face à toutes ces violations flagrantes de la loi sur la liberté de la presse, la PJDD et la CNPG s’indignent et condamnent avec la dernière énergie ces pratiques tendant de plus en plus à museler la presse dans notre pays. Faut-il rappeler que la liberté de la presse constitue l’une des caractéristiques d’un État qui se veut démocratique ». En ce moment, c’est la mode chacun veut montrer qu’il est solidaire à la presse.

Les deux plateformes portent des soutiens-gorge au tour du coup des journaleux « La PJDD et le CNPG expriment toute leur solidarité à la presse qui constitue le baromètre de toute démocratie et exigent du gouvernement guinéen le respect strict de la loi sur la liberté de la presse et de rétablir les victimes dans leurs droits ».

La PJDD et le CNPG insistent auprès de la HAC pour qu’elle assume pleinement son rôle de régulation et de protection de la presse. En tout cas, cette institution semble être dans un coma profond.

LAISSER UN COMMENTAIRE