Désintéressement du gou-bernement : le SLECG menace

0
616
Oumar Tounkara secrétaire général adjoint du SLECG

Même si les gens-saignants persistent dans la poursuite de leur crève, les gars font la tête dure comme une noix de coco,  le gou-bernement apparemment s’en fout. Le SLECG a d’ailleurs déclaré que si ça continue, les huit millions risquent d’être non négociables.

Depuis qu’ils ont déclenché la crève gêné-râle illimitée le 03 octobre, des négociations ont été engagées. Mais c’est toujours au poing mort. Ces derniers temps, le gou-vainement n’a plus l’air d’accorder de leur accorder de l’importance, encore moins à leurs revendica-chions. Infatigables, les crévistes aussi déclarent qu’ils poursuivent l’arrêt de leurs activités en attendant qu’ils soient satisfaits. « Nous nous comptons toujours poursuivre le mot d’ordre de grève et nous gardons toujours la même position…» nous signifie Ou-marre Tounkara sécréteur gêné-râle adjoint du SLECG. À cet effet, lors de leur dernière as-semblée ce samedi 20 octobre, ils ont demandé aux parents de garder les marmots à la maison pour « ne pas que l’amère expérience de koloma, la mort du jeune Ibrahima Bah, pour ne pas qu’on enregistre d’autres morts.

À la place des titulaires, ce sont des gens-saignants contractuels qu’on retrouve dans les classes. Pour Tounkara, cette situa-chions n’apportera pas de bons résultats «…N’est pas enseignant qui le veut mais qui le peut. Ces contractuels commencent à être décrié et rejeté par les enfants, donc c’est une solution qui est contre-productive », a-t-il conclu.

Samedi à l’as-semblée gêné-râle du SLECG, le Sécréteur gêné-râle Soumè a annoncé que les huit millions risquent d’être non négociables si ça dégénère. Ça devient chaud hein. La balle est maintenant dans les filets du gou-bernement car les gens-saignants eux, se disent toujours prêt à négocier. Nous attendons de voir la prochaine apparition de Don Casse-Casse pour connaître le dénouement du film. Comme on le dit ici, c’est la fin du film qui est intéressant. Ce matin des vies-aux-lances ont éclaté dans plusieurs quartiers de la capitale.

Couine Elisa-bête

LEAVE A REPLY