Disparition de 211 T-Shirts  du FNDC à la DPJ : une autre manigance du pouvoir ?

0

Interpellés dans la journée du mardi 16 juillet, Oumar Sylla alias Foniké mengué et Séekou Koundouno ont été auditionnés ce mercredi à la Direction de la Police judici’erre. Plus de trouille que de mal. Les deux caporaux du FNDC restent libres comme poisson dans l’eau en attendant la suite de la procédure.

Les deux gars ont été cuisinés par les officiers de la peau-lisse judiciaire. À la sortie de la DPJ, l’avocat l’air joyeux fait le compte rendu de l’audition. « L’autorité la plus autorisée nous a reçus. Après tout compte rendu, a accepté que nos clients soient toujours à notre disposition. Ensuite le véhicule dans lequel Oumar Sylla a été interpelé avec des t-shirts et les 1 millions 500.000 évidemment que le véhicule soit restitué mais que les t-shirts du FNDC restent et que la procédure va continuer. Dès qu’on aura besoin d’eux on nous fera appel » lâche maitre Salipou Béavogui.

Des t-shirts ont été saisis lors de l’interpellation de Foniké Mengué, l’avocat relève un manquant de 211 t-shirts. Peut-être que ce sont les rat de ‘’Amoulanfé’’ qui ont pris leur part aussi. Sekou Koundouno et Oumar Syllah pleurnichent pour que les ‘’söby’’ leur soient restitués car pour maitre Bea « Les t-shirts n’ont rien à voir avec la procédure ». Vous n’avez rien compris, ce sont justement à cause de ces T-shirt qu’ils ont été cueillis. Ou peut-être que latechnique c’est de pouvoir infiltrer facilement des gars Alammanè dans un mouvement amoulanfé pour discréditer ces derniers. Ces gens sont rusés et capables de tout. Les gars, réclamez vos T-shirts!

Cette affaire, s’apparente à du deux poids deux mesures. D’un côté, ça danse chaque jour la mamaya ‘’Alammané’’ par contre, de l’autre côté, les auto-risés tentent par tous les moyens de clouer le bec à  ceux qui disent ‘’Amoulanfé’’. Face à cela Maitre Béavogui s’insurge.

« Nous avons toujours dit qu’il n’y a pas d’infraction par ce que toutes les activités qu’ils mènent rentrent dans le cadre de l’édification d’un Etat de droit. La démocratie suppose que chaque citoyen ait le droit de manifester ses opinions par l’écrit, la parole et les images. Si les un peuvent dire oui ! Les autres aussi peuvent dire Non ! Y’a pas raison que ceux qui disent oui soient acclamés et ceux qui disent non soient persécutés, pourchassés, intimidés, menacés par les autorités judiciaires. C’est contre cela que les avocats que nous sommes nous élèverons et nous continuerons à mener la lutte sans relâche » largue l’avocat.

Oumar Sylla alias Foniké mengué et Sekou Koundouno rentrent librement chez eux. Il n’y pas de contrôle judicaire ni de restriction de liberté.

Mbella Diallo

LAISSER UN COMMENTAIRE