LES DOIGTS DE L’HOMME TOUJOURS BROYÉS À KONDÉBILIDOUGOU

0

 

LES DOIGTS DE L’HOMME TOUJOURS BROYÉS À KONDÉBILIDOUGOU

Moussa Yoro Bas, activiste des doigts de l’homme et grande gueule à Hadafo médias pense qu’il y a encore « un chemin pénible et interminable à faire ».

« Nous sommes sur le terrain et il y a encore un long chemin à faire » ce sont des propos de Moussa Yoro  Yoro Bas, présidente de l’0NG Femmes, Développement et Droits humains en réponse à la l’inquiétude d’un décaleur qui l’a rencontrée dans les locaux de Hadafo médias pour faire un bilan de ce qu’a fait kondébilidougou en 2O17 pour la promotion et la protection des droits de l’homme, celui des nounous pour être plus précis. Pour prouver le bien-fondé de son jugement, la défenseuse des doigts de l’homme n’a pas hésité à égrener les  nombreux  cas de violences faites aux nounous pour lesquels elles et  son ONG ont été saisies et qu’elles ont drainé devant la jus-triche de kondébilidougou car, selon elle, les victimes sont souvent laissées pour compte et ne savent pas souvent  où aller  ou comment porter plainte pour être rétablies dans leurs droits.

La co-animatrice de l’émission, LES GRANDES GUELES, a indiqué aussi que son ONG est en ce moment à pied d’œuvre pour que les auteurs du viol d’une  petite fille de cinq ans soient jugés « Nous suivons le cas de la jeune fille qui a été violée par deux de ses enseignants. L’un des enseignants a été arrêté et l’autre est en cavale ». Nous a-t-elle expliqué, en soulignant que le rôle de son ONG est d’aider les victimes à trouver un avocat.

Elle évoque un autre cas « Nous sommes aussi sur un autre cas à Coyah où un jeune homme a violé une jeune fille et pour la faire taire, il l’a menacée de mort .Interpellé par la gendarmerie, les parents du jeune ont refusé que leur fils réponde et tout cela avec la complicité du chef de quartier », a-t-elle ajouté en ironisant que « c’est en Guinée  qu’on peut voir de tel cas. »

En outre, Moussa Yoro Yoro organise à travers son ONG  des activités de formation sur le respect des doigts humains. Selon la présidente, elle associe souvent des agents jasant de la sécu-ratée, des journaleux et d’autres acteurs publics .

Avant de fuir le petit micro décaleur, Moussa Yoro Yoro a salué les quelques actes déjà posés par les mansas de Kondebilidougou dans le cadre des respects des doigts humains. Elle a  aussi appelé la jus-triche de l’ère Körö  à jouer pleinement son rôle afin  que l’imputé cesse dans  le bled. En tout cas le dossier du  Masse-âcre du  stade de 28 septembre en 2009 reste encore froissé dans les tiroirs

Doussouba Yaya Sacko

LAISSER UN COMMENTAIRE