LES ÉCOLES PRIVÉES SE LA FERMENT PAS POUR CAUSER DE GRÈVE

0

 

LES ÉCOLES PRIVÉES SE LA FERMENT PAS POUR CAUSER DE GRÈVE

La coïncidence des troubles politiques avec la crève des gens-saignants , a eu un impact sur les cours dans les écoles qui longent l’axe Hamdallâhilâ  Bam-ghetto depuis le début de la crève le 12 février. Les écoles privées font cours pendant que les publiques sont pratiquement vides. 

En cette période de crève déclenchée par le SLECG version Bouba Soûmè , certaines écoles publiques sont dans l’euphorie. Par contre sur l’axe, ou quasiment les écoles privées sont plus nombreuses pour ne pas dire qu’il n’y a que ça, aucune d’entre elles n’observe pour l’heure la crève.

Dans quelques écoles privées sillonnées, les cours se font mais en toute discrétion. Les res-con-sables ont la trouille. Ils ont peur de tirer l’attention des élèves des écoles publiques qui vadrouillent dans les rues et qui ne font pas cours. Alors ils préfèrent faire venir les élèves sans uniforme  pour le moment, témoigne le Dur-recteur d’une école privée de la place.

Les directeurs des écoles estiment que cette crève est d’ordre public et non privé. Les gens-saignants qui donnent cours dans ces établissements sont payés par la dure-érection de ces mêmes établissements. Donc pas besoin d’observer un mot d’ordre par ce qu’à ce niveau les salaires sont ‘’descents’’ et payés, contrairement à l’Etat. Mais qu’à cela ne tienne, dans ces écoles, presque pas d’affluence. Avec les violences qui font rage sur l’axe, les parents préfèrent clouer les mômes dans les maisons.

Mbella Diallo

LAISSER UN COMMENTAIRE