Élections législatives oubliées : Une organisation de la société civile réveille les politicards 

0
Salmana Diallo, CNOSC DDG

Depuis que la CENI (Commission Électorale Nationale Indépendante) a donné un chronogramme de calendes grecques, on ne parle plus d’élection pour nous débarrasser des dépités périmés. Tout le monde est concentré sur cette affaire de troisième nambara  incertain.

Pour alerter l’opinion publique sur l’importance de l’organisation des élections législatives,  le CNOSC-DDG (Conseil National des Organisations de la Société Civile pour la Démocratie et le Développement de la Guinée) s’est fendu d’une déclaration pour appeler les acteurs politiques à se pencher sur cette affaire d’élections. « Le CONSC DDG, qui lutte contre la pérennisation des mandats des élus se préoccupe de l’organisation des élections législatives pour aider la population d’obtenir des députés légitimes dans la paix et la prévention des conflits par l’organisation des élections crédibles acceptées par tous. Le CNOSC DDG demande au gouvernement et à la CENI, chacun en ce qui le concerne de respecter, appliquer correctement la loi 044 de juillet 2018. Pour sa part l’État doit mettre les moyens financiers et logistiques à la disposition de l’institution d’organisation des élections et à la CENI de procéder à la recomposition de ses démembrements ».

Salmana Diallo, président du CNOSC DDG lance un appel à toutes les forces vives afin d’œuvrer  pour la paix et l’unité nationale en favorisant la citoyenneté et le développement. Il pense que l’organisation des élections de façon périodique pourrait renforcer la démocratie.

LAISSER UN COMMENTAIRE