Faya à Don Casse: «nous sommes à Vingt et quelques déclarations… Il peut demander à ses services de les ramasser sur internet».

0

Le premier des sinistres Don Casse-Casse a tenu un dix-court dans la  soirée de lundi. Il fait suite à l’ordre que lui a donné de son poltron de lancer les consultations nationales autour de la nouvelle constitution. Quand patron ordonne, le lakoudou exécute rapidement. Mais ça risque de ne pas fonctionner. Hors de question pour Faya Méli-mélo le président du Gluck Libéral de participer à ces discussions.

Faya Méli-mélo n’est pas passé par mille chemins pour cracher sur l’appel aux consultations de Körö et son PM. Pas question pour lui d’être complice d’un éventuel coup d’État constitutionnel. Le président du Gluck Libéral dit que le discours a chamboulé sa grosse tête. C’est pas de leur faute si votre tête ne prend pas beaucoup hein « J’étais déjà confus quand j’ai écouté le discours du président. Mais quand j’ai écouté le discours du PM, j’étais davantage confus. Je ne sais même plus sur quoi on va faire la consultation. Si une consultation est nécessaire dans ce pays, la priorité doit être ailleurs. On peut ouvrir une consultation pour faire le diagnostic de l’échec de la gouvernance du professeur Alpha Condé dans le domaine de la santé, dans le domaine de l’éducation, dans le domaine des infrastructures, dans le domaine de l’unité nationale, dans le domaine de la justice, j’en passe ».

Faya Méli-Mélo est catégorique. Il demande au premier des sinistres de se référer aux multiples déclarations dont s’est fendu le FNDC «nous sommes à Vingt et quelques déclarations, il peut les ramasser. Il peut demander à ses services de les ramasser sur internet, faire une bonne synthèse et puis en annexe faire une bonne synthèse. Et les listes que nous avons faites de ceux qui sont les promoteurs du Koudéïsme (pouvoir à vie). Il n’a qu’à utiliser ça. On ne s’assiéra pas autour d’une table pour discuter de cette question ».

LAISSER UN COMMENTAIRE