INID-Hâche : Doftôrou Alia Diaby donne un coup de hache aux violations des libertés de la paresse

0
Alia Diaby président de l'INIDH devant des journalistes

A l’ouverture de la session plénière de l’Institution Nationale des Droit Humains (INIDH) ce vendredi 6 septembre, le président de l’institution a sollicité la levée du contrôle judicaire d’Aboubakr DG de la radio Lynx Fm.

Doftôrou Alia Diaby l’a fait savoir implicitement lors du diagnostic qu’il a fait de l’état du respect des droits humains à Condébilidougou. « L’actualité récente des droits de l’homme reste encore marquée par la mise sous contrôle judiciaire de journalistes pour des faits survenus dans l’exercice de leur profession en application de la Loi L037 sur la cyber sécurité et les protestations des professionnels de la presse revendiquant l’application de la loi L002 sur la liberté de la presse. Concernant ce point, la tension a baissé avec la levée de la mesure de contrôle judiciaire concernant un des journalistes (Souleymane Diallo PDG du groupe Lynx-Lance NDLR). Cette mesure devrait être étendue à l’autre journaliste (Aboubakr DG de la radio Lynx NDLR) dans le respect de l’égalité de tous devant la loi » sollicite le président de l’INIDH.

Alia Diaby soutient l’application de la L002 sur liberté de la paresse dans le cas spécifique de l’exercice de la profession de gueuler. « Evidemment, les journalistes dans l’exercice de leur profession échappent à l’application de la loi sur la cyber sécurité. Ils restent dans ce cas soumis exclusivement à la loi sur la liberté de la presse car c’est un principe général de droit que la loi spéciale l’emporte sur la règle générale » a fait savoir le juriste.

Ce n’est pas que lui, depuis le début de cette affaire, les soutiens fusent de partout. Mais cela ne semble rien changer.

LAISSER UN COMMENTAIRE