Insécu-irrité: une femme violée à son domicile à Sonfonia

0
Shadow of two person on patterened sidewalk in black and white

Insécu-irrité: une femme violée à son domicile à Sonfonia

Samedi, entre 2heures et 3 heures du matin, une jeune femme de 29 ans a été violée chez elle. On n’échappe pas à ses prédateurs même chez soi. La mère de trois enfants était seule dans sa maison avec sa sœur ; son mari vivant aux États-Unis. Ses enfants passaient la nuit chez sa belle-sœur. Sa sœur impuissante a écouté les cris de sa frangine pendant que ses bourreaux lui piquaient son honneur en lui filant des coups de bassin.  Elle nous fait le film de la scène presqu’en sanglots, les yeux hagards. Sous d’autres cieux, elle aurait été prise en charge par un psychologue. Mais on est à Kondébilidougou, le bled des mauvaises exceptions : « J’étais dans ma chambre avec mon bébé. Soudain, j’ai senti l’ombre de quelqu’un au dessus de moi. Je me suis levée et j’ai demandé qui est là.  En guise de réponse,  j’ai reçu une gifle ( elle nous montre la blessure sur sa joue droite). Je me suis cachée sous le lit. J’entendais ma grande sœur, crier, elle se débattait.  Je me suis doutée qu’on la violait. Mais je n’ai rien pu faire. Quelques temps après, tout était calme, j’ai compris qu’ils étaient partis, je suis sortie de ma cachette pour aller la voir. Elle était allongée, presqu’à l’agonie. Je suis allée chercher les voisins qui l’ont conduite à l’hôpital ».

Cinq jours à l’hôpital Sino-Guinéen.  La victime, dont nous taisons le nom par respect pour elle, est encore dans le coma. Sa famille garde l’espoir qu’elle s’en sorte.  Ses bourreaux lui ont tailladé l’oreille droite. Ils l’ont battue et lui ont cassé un os du visage.

Depuis que l’agression s’est produite, la peau-lisse ne s’est pas présentée à l’hôpital. Des agents se sont juste rendus à son domicile à Sonfonia et ont emporté le pilon dont les agresseurs se sont servis. A vrai dire même,  ils auraient fait quoi à l’hôpital ? Des ouvertures d’enquêtes qui ne se referment jamais ? Une peau-lisse scientifique existe bien à Kondébilidougou,  mais elle joue les abonnés absents dans plusieurs cas.

Ajoutons juste que les violeurs ont profité de la complicité d’EDG avec son fameux délestage pour agir. Le courant n’était pas de cette petite partie coquine sauvage.

Djamithianguel

LAISSER UN COMMENTAIRE