Paran Dialou persona non gratta à kaporo-rails, sillonne les ruines nez bouché!

0
Souleymane Taran Diallo et sa suite sillonnant les ruines de kaporo-rails

Le maire de la commune de Rateau-mat Solomon Paran a mis pieds dans le champ ruiné de Kaporo-rails. En compagnie de quelques conseillers cireurs de bottes, ils sont venus aussi distiller des maux doux en guise de compassion aux habitants traumatisés dudit quartier. Il a été mal accueilli par les victimes qui estiment que sa visite ne sert plus à rien, maintenant que leurs maisons sont démolies.

Sur le site démoli, Paran est venu avec une tonne de sac à parole. Ses caporaux de conseillers derrière lui, le maire a fait un marathon pour voir la rage qui s’est exprimée dans la démolition  des maisons. De la poussière il en a ingurgité à une forte dose. C’est d’ailleurs pour cela qu’il avait le nez bouché par les doigts, durant tout son périple.

Le maire fraichement installé veut surtout montré à la face du monde qu’il est solidaire des citoyens de sa circonscription. Paran Dialou tient surtout à faire comprendre que même s’il est maire, il n’est associé ni de près, ni de loin à cette casse« Nous sommes venus pour s’enquérir de ce qui se passe et aussi dire aux populations de Kaporo-rails que nous nous sommes associés en rien à ce qui est en train d’être fait. Lorsqu’ils ont commencé la casse ici, c’est la secrétaire générale qui gérait la commune, nous n’étions pas installés. Mais cela ne veut pas dire que si nous étions installés que nous aurions empêché, non ! Nous ne pouvons pas. L’autorité de l’État, c’est l’autorité de l’État, s’ils ont décidé de casser, c’est la propriété de l’État » lâche tout crue Paran. Mais à quoi ça sert de se dissocier dans ce cas moussé le maire ? Certes il a peur d’être ‘’lapidé’’ sur place. Il y a échappé de peu. Le populo mécontent, n’était pas du tout content de la venue du maire. Il a fait le médecin après la mort. C’est pas après la casse que vous allez venir avec des maux.

Des citoyens mécontents ont dit leur quatre au maire et sa suite » vous les chefs de quartiers et autres, vous ne nous êtes d’aucune utilité. Vous devriez chercher à nous éviter cette casse. Qu’est ce que vous pouvez faire maintenant? On n’a nulle part où aller. Les forces de sécurité nous tabassent tous. 36 de nos enfants sont emprisonnés et on dit que c’est nous les chefs« . Ce sont les propos en poular d’un vieux dont la maison a été démolie.

Paran Dialou s’attaque à papa promesses

Solomon Paran déplore quand même la non indemnisation des populations de Kaporo. Il rappelle à papa promesse sa promesse faite en 2016 aux habitants lors d’une grande mobilisation. « A l’époque il avait déclaré solennellement qu’il y avait un million de dollars à la banque mis à la disposition des habitants de Kaporo-rails et malheureusement on est aujourd’hui deux ans après voire trois ans et jusqu’à présent cet argent n’a pas été débloqué et les populations n’ont pas été indemnisées » déplore le père de rateau-mat, en éternuant sous l’effet de la poussière. Comme il a été mal accueilli, il faut qu’il partage sa honte avec quelqu’un d’autre et qui de mieux indiqué que fäma.

En guise de solidarité concrète, le père de la commune de rateau-mat a lâché qu’une commission a été créée ce mercredi pour penser à la situation de Kaporo-rails et voir comment il faut les aider tout en pleurnichant qu’ils n’ont pas de moyens. Pauvre de nous et surtout pauvres de citoyens déguerpis !

Mbella Diallo

LAISSER UN COMMENTAIRE