Paul Put brise le silence : « Arrêtez de me calomnier s’il vous plait »

0
Paul Put, entraineur de l'équipe guinéenne

Après la débâcle du Syli National, tout le monde a jeté l’opprobre sur l’entraineur  Paul Put. D’ailleurs, Antonio Souaré, président de la FEGUIFOOT a animé une conférence de presse pour le qualifier de tous les maux ou de tous les noms d’oiseau. Peut être qu’Antonio n’a pas dit que c’est une pute mais la défaite du Syli est attribué à l’entraineur. 

Le vendredi 12 juillet, Paul Put est sorti de sa réserve pour demander à ce qu’on ne le diffame plus. « Je n’ai jamais touché un centime avec un joueur de toute ma carrière. Depuis l’élimination du Syli en 1/8 de finale de la CAN2019 et suite à la conférence de presse animée par le président de la FGUIFOOT Monsieur Antonio Souaré, beaucoup de mensonges circulent pour me salir. Je tiens à vigoureusement démentir tous ces mensonges honteux. Du début de ma carrière jusqu’à maintenant je n’ai jamais au plus grand jamais touché à l’argent d’un joueur. Je mets quiconque au défi de me prouver le contraire que j’ai pris un centime de franc guinéen avec un joueur guinéen ou d’une autre nationalité. Je n’ai jamais racketté ni un joueur, ni un membre de mon staff. D’ailleurs, j’ai reçu des messages de soutien de mon staff et des joueurs. Tout ceci est fait pour nuire à mon image pour me pousser à bout. C’est de la diffamation. J’aurais apprécié de faire un bilan de notre parcours  de la CAN en toute sérénité mais hélas on ne peut plus ou jamais aimer quelqu’un mais nous devons rester honnête et sincère en toute circonstance. Arrêtez de me calomnier s’il vous plait ! ».

Voilà que Paul Put aussi vient laver son image sali ces derniers temps en son encontre. Si le capitaine Ibrahima Traoré qui dit connaitre des choses se prononce, on ne saura jamais ce qui s’est passé réellement puisque chacun rejette la responsabilité sur l’autre. Ne dit t–on pas que la défaite est orpheline et la victoire beaucoup de parrains ? Finalement les Condébilikas ne sauront jamais la vérité comme toujours. Parce qu’il faut être naïf pour croire  à cette demande d’audit que le premier sinistre a demandé.

Diallo Kolenkè

LAISSER UN COMMENTAIRE