Petit Ponton et son fouet de conte au centre culturel franco-guinéen

0
Des conteurs sur scène

A l’occasion de la clôture du salon international du livre de la jeunsesse qui s’est tenu au centre culturel franco-Condébilika du 28 novembre au 1er décembre, le conteur Moussa Doumbouya alias Petit Ponton a livré un spectacle à couper le souffle. Appelé ‘’le Duel au fouet’’, le conte relate les histoires du manding où il fallait passer par des épreuves de force pour avoir une belle femme.

C’est la salle de spectacle du centre culturel franco-condébilika, qui a servi de cadre au racontar du conte ‘’le duel au fouet’’. Une salle pleine à en cracher, les spectateurs sont restés suspendus sur les lèvres de petit Ponton. Dans un accoutrement tel un ‘’sofa’’ et en fond sonore, la mélodie du tamtam et le piano. Le conteur, a raconté l’histoire du manding  ou pour s’offrir une belle nana il faut passer par des combats généralement entre rivaux.

« J’ai voulu raconter une histoire ancienne avec les techniques et les moyens d’aujourd’hui. J’ai voulu spécialement parler de la vanité des hommes d’aujourd’hui et aussi la question des problèmes de la femme. Pourquoi c’est toujours la femme qui est mise en jeux pour se battre, mise en jeux pour le pouvoir. Donc c’est d’amener les gens à se poser des questions sur  tout cela » lâche aussi sec le conteur Petit Ponton.

Les spectateurs émerveillés par la qualité de la prestation et de l’enseignement du conte, sont sortis sourire aux lèvres et des leçons apprises à travers les racontars de Petit Ponton. « Ce que j’ai pu tirer comme message dans ce conte, c’est que avant les filles étaient mariées dès à bas âge. Aussi quand y avait une jeune fille très belle dans un village pour l’avoir, il fallait passer par des épreuves très dures comme on l’a compris à travers ce conte ou des hommes se sont affrontés dans le seul but d’avoir la belle fille appelée Gnalen », raconte un spectateur.

Dans ce conte plein d’enseignement, le conteur Petit Ponton a mis en exergue les réalités du manding où la femme est généralement mise en jeux pour plusieurs fins. Ce conteur se bat depuis plusieurs années pour la réintégration du conte dans le quotidien des Condébilikas comme c’était le cas, il y a plusieurs décennies. C’est un combat difficile certes, mais il  ne désarme pas. Même si de nos jours, les jeunes et même ‘’ les vieux jeunes’’ préfèrent les smartphones, à écouter un conteur.

Mbella Diallo

LAISSER UN COMMENTAIRE